Publicité

Des casserolades en marge des commémorations? Pour Le Maire, le 8-Mai doit "rester un moment d'union nationale"

Des casserolades en marge des commémorations? Pour Le Maire, le 8-Mai doit "rester un moment d'union nationale"

"Laissons Jean Moulin là où il est". Invité de l'émission BFM Politique ce dimanche, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a défendu l'interdiction de manifester décidée à Lyon dans le quartier de Montluc, là où doit se rendre Emmanuel Macron lundi dans le cadre des commémorations du 8-Mai.

"La liberté de manifester est totale dans notre pays. Elle n'exclut pas le respect de la capitulation de l'Allemagne nazie le 8 mai 1945", a réagi le ministre sur le plateau de BFMTV.

"Laissons Jean Moulin là où il est"

L'union départementale CGT du Rhône et de la métropole de Lyon avait appelé à un rassemblement consacré à l'héritage social de la Résistance le 8 mai, près du Mémorial de Montluc où doit se rendre Emmanuel Macron.

Il n'aura cependant pas lieu, suite à la décision de la préfecture du Rhône d'interdire tous "cortèges, défilés et rassemblements revendicatifs" près du Mémorial.

"Que nous protégions le 8 mai 1945 pour respecter la mémoire de ce moment historique, ça me paraît sage", a appuyé Bruno Le Maire.

Et d'indiquer: "Je n'aime pas trop quand on fait parler les grandes figures de l'Histoire à leur place. Laissons Jean Moulin là où il est. (...) Le 8 mai 1945 est un moment d'union nationale. Et ça doit rester un moment d'union nationale.

Un recours déposé

L'argument que les commémorations du 8 mai 1945 doivent constituer une trêve dans la contestation contre le gouvernement d'Emmanuel Macron est un argument déjà mobilisé plus tôt ce dimanche, par le porte-parole de Renaissance Loïc Signor sur BFMTV.

"Des casserolades seraient parfaitement déplacées aux abords de l'Arc de Triomphe. Le 8 mai 1945 est un moment de communion, et d'union nationale et européenne", a-t-il déclaré sur notre antenne.

Ce dimanche, la CGT du Rhône a annoncé un recours contre l'interdiction de manifester dans le périmètre de sécurité.

Article original publié sur BFMTV.com