G7: une première rencontre Macron-Biden sur fond de rivalité naissante

·4 min de lecture

Si l'élection de Joe Biden a signé le retour des États-Unis dans certaines discussions internationales, Emmanuel Macron appuie pour que l'UE reste indépendante face à cette grande puissance.

Au-delà d'une chaleureuse accolade accompagnée de quelques propos sur la plage, la première rencontre d'Emmanuel Macron et de Joe Biden vendredi au G7 masque le casse-tête que pose au président français l'activisme déployé par son homologue américain sur ses chevaux de bataille internationaux.

Les deux hommes se sont vus en personne pour la première fois lors de la photo de famille du G7, sur la plage de Carbis Bay et ont ensuite devisé tout en marchant, le Français entourant de son bras le dos de l'Américain. Une réunion bilatérale est prévue samedi matin, a précisé l'Elysée.  

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Rappel des "sanctions de la rétorsion américaine"

Leurs premiers échanges ont porté sur la manière de "rendre les démocraties plus efficaces pour les classes moyennes" et de répondre à la Chine "sans confrontation mais en défendant nos intérêts et nos valeurs", selon l'Élysée, des sujets consensuels. Mais que ce soit sur le climat, le don de vaccins, la taxation des multinationales ou les discussions avec la Russie, le président américain est devenu en trois mois le champion mondial d'ambitions à grande échelle, avec de premières avancées. 

Les mêmes sujets qu'a défendus Emmanuel Macron face au blocage américain des années Trump. Aussi jeudi, lors d'une conférence de presse, le président français a-t-il affiché une satisfaction tempérée de prudence devant les revirements américains, et marqué sa différence notamment sur les relations UE-USA.

En mai, l'administration Biden a ainsi prôné un impôt mondial de 15% minimum sur les multinationales, ce qui a enfin permis un accord historique au G7 Finance la semaine dernière, encore à concrétiser à l'OCDE. Emmanuel Macron s'est réjoui de cette "avancée massive vers une mondialisation plus juste" mais a tenu à rappeler qu'il se battait sur ce point depuis quatre ans et que faute d'accord, la France a appliqué unilatéralement une taxe sur les géants du numérique, subissant des rétorsions de l'administration Trump.

"J'ai une pensée pour nos viticulteurs et beaucoup d'entreprises parfois modestes qui, durant les deux dernières années, ont payé les sanctions de la rétorsion américaine parce que nous avions mis en place une taxe numérique. C'est comme ça que ça s'est passé, ne l'oublions pas", a-t-il lancé.

"J'attends d'avoir la proposition précise américaine" 

Il a aussi prudemment applaudi l'annonce de Joe Biden jeudi d'un don de 500 millions de doses de vaccins aux pays pauvres, quand l'Union européenne a prévu d'en donner 100 millions, dont 30 millions par la France. "Si c'est 500 millions de doses d'ici la fin 2021, c'est un formidable nouvelle et l'Union européenne doit matcher cette annonce". Mais "si c'est d'ici 2022, ce n'est déjà pas la même chose", a-t-il averti.

Et il n'a pas caché son scepticisme sur la proposition américaine de lever les brevets sur les vaccins sans limite de temps annoncée, quand lui-même s'est rallié à une suspension temporaire.

"J'attends d'avoir la proposition précise américaine", a relevé Emmanuel Macron, "je pense que jamais les États-Unis d'Amérique ne proposeront de lever de manière perpétuelle la propriété intellectuelle. Je peux à peu près vous l'écrire" car "cela veut dire qu'à la seconde d'après plus personne n'innove chez vous".

En outre il a dénoncé le "blocage américain" sur l'exportation de composants qui empêche la production de vaccins dans les pays tiers, ce qu'il a espéré voir levé au G7. Reprenant la main, il a réclamé que les laboratoires - qui sont presque tous américains - donnent 10% de leurs doses vendues.

Demande de "clarification" sur la Chine

Même approbation mêlée d'agacement devant l'annonce de Joe Biden d'un sommet avec Vladimir Poutine à Genève le 16 juin, alors que certains ont critiqué sa "main tendue" à la Russie. 

"J'ai toujours prôné le dialogue. Je m'étonne parfois que ceux qui trouvent que la France a tort de dialoguer disent que les États-Unis ont raison de dialoguer, mais il y a parfois des choses qui m'échappent dans la vie", a-t-il ironisé.

Il en a profité pour se démarquer en demandant aux Américains, comme sous Donald Trump, une "clarification" des buts de l'Alliance atlantique, notamment face à la Chine. 

Allant plus loin, à la veille du sommet de l'Otan lundi où il retrouvera Joe Biden, il a plaidé pour une autonomie militaire européenne. Il faut pour cela "suffisamment de pays européens qui ont un modèle complet d'armée, comme la France", a-t-il dit. Autre message à l'intention des Américains, il a souhaité que les Européens "assument d'être les acteurs de la maîtrise des armements sur leur sol".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles