Publicité

La carte des blocages d’agriculteurs autour de Paris ce vendredi 26 janvier

La FDSEA Île-de-France et les Jeunes Agriculteurs Île-de-France ont annoncé cinq blocages au niveau des autoroutes dans le sens Province-Paris vendredi 26 janvier de 14h à minuit.
Le HuffPost La FDSEA Île-de-France et les Jeunes Agriculteurs Île-de-France ont annoncé cinq blocages au niveau des autoroutes dans le sens Province-Paris vendredi 26 janvier de 14h à minuit.

AGRICULTEURS - Journée cruciale pour le mouvement de protestation agricole. Dans l’attente des annonces du Premier ministre Gabriel Attal, la mobilisation des agriculteurs en colère se poursuit avec de nombreuses opérations de blocage en France ce vendredi 26 janvier. Et notamment autour de la capitale.

Blocage des agriculteurs : à quoi s’attendre vendredi à Paris et dans toute la France

Dans un communiqué transmis à l’Agence France Presse, la section d’Île-de-France de la FNSEA, syndicat agricole majoritaire dans la profession, prévoit de mettre à exécution ses menaces de « blocus » autour de Paris. Cinq barrages au niveau de cinq péages ont donc été annoncés dans le sens province-Paris, comme vous pouvez le constater sur la carte ci-dessous.

Les blocages commenceront à 14 heures et prendront fin à minuit, selon le communiqué de la FNSEA, qui indique au passage que les péages ne seront pas gratuits. L’organisation, en lien avec la section locale des Jeunes agriculteurs, avait menacé dès jeudi de mettre en place ce « blocus ». Une manière de mettre la pression sur le gouvernement, qui a un peu trop attendu avant de tendre l’oreille aux revendications du monde agricole.

Ainsi, des « points de blocage », menés par 11 sections locales, sont désormais prévus sur les autoroutes A6, A13, A16 et sur la RN14, et au péage de Saint-Arnoult sur l’A10-A11, point de trafic important vers l’ouest de la France.

Dès vendredi matin, l’autoroute A1, axe majeur reliant Paris au nord de l’Europe, était déjà fermée à la circulation par des tracteurs et des bottes de paille en deux endroits, provoquant d’importantes difficultés, comme le relève l’AFP.

À voir également sur Le HuffPost :

Ces agriculteurs en ont « ras-le-bol » de l’enfer administratif qui alourdit leur quotidien

Agriculteurs en colère : l’avertissement du renseignement sur des « risques de dérapage »