Publicité

Carte à puce, dauphin d'eau douce et rein de porc transplanté : l'actu des sciences en ultrabrèves

Au sommaire des ultrabrèves du 25 mars 2024 : la carte à puce fête ses 50 ans, le plus grand dauphin d'eau douce vivait en Amazonie et des chirurgiens américains ont transplanté un rein de porc sur un patient vivant.

L'actualité des sciences du 25 mars 2024, c'est :

En high-tech : La carte à puce fête ses 50 ans : découvrez la folle histoire de son invention, par le Français Roland Moreno.

  • Ce 25 mars 2024, la carte à puce a 50 ans, une grande fierté nationale quand on considère la postérité de cette petite pastille de circuits intégrés incrustée sur une carte en plastique.

  • Le magazine Le Point évaluait, à la mort en 2012 de son inventeur Roland Moreno, à 6 milliards le nombre de cartes à puces en circulation dans le monde.

  • La carte à puce a changé nos moyens de paiement à jamais et pour Moreno, c'est sa "première invention utile qui remplit une fonction souhaitable, en l’occurrence sécuriser l'argent."


En paléontologie : Le plus grand dauphin d'eau douce vivait en Amazonie, il y a 16 millions d'années.

  • Il existe des dauphins d'eau douce dans quelques-uns des plus grands fleuves du monde, en tout, six espèces, dont une quasi éteinte (le dauphin de Chine), sont recensées.

  • Ces cétacés, qui descendent d'espèces marines, sont plus petits que leurs congénères de l'océan et à force de vivre dans l'eau boueuse des estuaires, certains sont presque devenus aveugles.

  • Le dernier spécimen identifié, à partir de fossiles, est Pebanista yacuruna, un animal qui vivait en Amazonie il y a 16 millions d'années.


En santé : PREMIERE. Des chirurgiens américains ont transplanté un rein de porc sur un patient vivant.

  • Des chirurgiens ont transplanté le rein d'un porc génétiquement modifié sur un patient vivant, une première qui représente un nouveau pas vers une potentielle solution à la pénurie chronique de dons d'organes.

  • Le patient, âgé de 62 ans, souffrait d'insuffisance rénale chronique, il "se remet bien" de l'opération de quatre heures ayant eu lieu il y a moins d'une semaine, le 16 mars 2024.

  • En tout, 69 modifications génétiques ont été réalisées afin d'amoindrir le risque de rejet : certains gènes de porc ont été enlevés, et des gènes humains ajoutés, à l'aide de la technologie CRISPR-Ca[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi