Une carie de 55 Ma identifiée chez un mammifère

·2 min de lecture

Ces dents portent les plus anciennes traces de caries jamais identifiées.

Des petits trous sur des dizaines de dents appartenant à Microsyops latidens, un petit primate ancestral de la taille d'un raton-laveur qui vivait il y a 55 millions d'années. Peu de fossiles de l'animal ont été retrouvés, mais des dents lui appartenant sont régulièrement retrouvées depuis les années 1970 dans le sud du bassin Bighorn au Wyoming. Longtemps, on a cru que ces petites altérations étaient causées par les effets du temps, mais leur localisation, toujours au même endroit sur la dent, et leur aspect a interpellé Keegan Selig, de l'Université de Toronto. En s'y penchant de plus près, il a compris qu'il s'agissait en fait de caries, les plus vieilles jamais identifiées sur un mammifère.

Représentation artistique de Microsyops latidens. Crédit : Ann Sanderson.

Des lésions suspectes

Les caries dentaires causées par des acides issus de la transformation des résidus alimentaires sucrés dans la bouche. Ces acides rongent les tissus de la dent, d'abord la couche dure (l'émail) puis la dentine, plus molle, la pulpe et enfin le nerf peut-être touché. Cette décomposition forme de petits trous comme ceux observés dans les dents de Microsyops latidens. Pour être certain qu'il s'agissait bien de caries, Keegan Selig a examiné plus d'un millier de quenottes au microscope et a identifié 77 lésions probantes. Il a confirmé ses résultats en réalisant des microscanners de celle-ci et en les comparant avec des lésions dentaires sur des espèces actuelles. Les images réalisées attestent bien de la présence de caries comme il l'écrit dans une étude publiée dans la revue .

Caries vues au scanner sur des dents de Microsyops latidens. Crédit : Keegan Selig.

Trop de fruits ?

L'analyse de ces très nombreuses caries a permis d'établir des comparaisons entre les individus. Ainsi, le scientifique a remarqué que 7% des rongeurs les plus anciens étaient atteints de caries contre 17% chez les spécimens les plus récents (Microsyops latidens a peuplé la Terre durant environ 500.000 ans). [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles