Caricature de Macron et du préfet de police: deux "gilets jaunes" comparaîtront pour outrage

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La balance de la Justice (illustration) - AFP
La balance de la Justice (illustration) - AFP

Deux personnes venues au rassemblement parisien des "gilets jaunes" ce samedi seront jugées ultérieurement pour outrage envers une personne dépositaire de l'autorité publique, pour une caricature d'Emmanuel Macron, du préfet de police et du président américain, selon le parquet de Paris, sollicité par l'AFP.

Il s'agit, selon la préfecture de police, de la propriétaire et du conducteur d'une camionnette rose, installée au point de rassemblement à Bercy dans l'est de la capitale, sur lequel figurait un grand dessin mettant en scène dans des positions scabreuses Joe Biden, Emmanuel Macron et le préfet de police de Paris, Didier Lallement. Ce dernier a décidé de porter plainte, a précisé la PP.

Jugés pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique

Les deux mis en cause avaient été interpellés et placés en garde à vue samedi à la mi-journée. Ils se se sont vus remettre une convocation pour une audience ultérieure et seront jugés pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique, selon le parquet de Paris dimanche.

876450610001_6282943810001

Surmontée de l'inscription "La sodomie en marche" avec en fond le drapeau français et des moutons, la caricature figure Joe Biden manipulant comme une marionnette le président de la République Emmanuel Macron avec le préfet de police.

Le dessin a été réalisé sur une face latérale de la camionnette, un foodtruck rose régulièrement présent sur les rassemblements de "gilets jaunes", qui ont célébré samedi un peu partout en France leur troisième anniversaire.

Quelques échauffourrées

Le véhicule a été placé sous scellés dans l'attente de l'audience. La propriétaire de la fourgonnette a filmé leur interpellation et l'a mise en ligne sur les réseaux sociaux. On la voit refuser de sortir du véhicule, jusqu'à ce que l'un des membres des forces de l'ordre brise une vitre pour ouvrir la porte et les faire descendre.

Le cortège parisien des "gilets jaunes" a rassemblé officiellement 2000 personnes, avec quelques échauffourées sur le parcours. Ils étaient environ 2400 dans le reste de la France, selon le ministère de l'Intérieur.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles