Publicité

Capture du dioxyde de carbone : des technologies qui progressent

Les technologies permettant de capter le dioxyde de carbone et de le stocker ou de le réutiliser dans l'industrie ont beaucoup progressé.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°912, daté février 2023.

Après beaucoup de réticences et de débats, la capture et le stockage du CO2 sont reconnus depuis le dernier rapport du Giec en 2022 comme une technique qui peut aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à atteindre le "zéro émission nette" en 2050. Mais le groupe d'experts du climat prévient : son apport ne peut intervenir qu'en complément des efforts de réduction des émissions pour traiter les rejets résiduels, ceux que l'on ne pourra pas éviter. Dans l'esprit des scientifiques, ce n'est donc pas la panacée, juste une béquille. Les industriels s'emparent cependant de la solution.

Captage industriel : le traitement des fumées

Pour les sites industriels, la solution pour "laver" les fumées est d'utiliser des solvants, des amines, qui les débarrassent de leur CO2. Le gaz est ensuite récupéré, compressé et acheminé par bateau vers des couches géologiques profondes, notamment celles des gisements de pétrole, où les roches peuvent l'absorber et dans lesquelles il se transforme en carbonates.

La solution est onéreuse, mais elle pourrait devenir rentable si le prix de la tonne de carbone émise devait dépasser les 100 euros (contre 85 euros début 2023), ainsi que vise la réforme en décembre 2022 du marché européen du carbone. Elle est d'ores et déjà testée depuis mars 2022 sur le site sidérurgique d'Arcelor Mittal à Dunkerque. Les ingénieurs vérifient les performances d'une colonne de lavage de 22 mètres de haut qui peut capter 4000 tonnes de CO2 par an sur les 11 millions de tonnes émises tous les ans par le site. En configuration industrielle, plusieurs colonnes pourront traiter 125 tonnes par heure, soit un million de tonnes par an. La géographie du site est idéale : le CO2 sera acheminé à une station de chargement de bateaux en cours de construction pour être injecté dans les gisements de pétrole épuisés de la mer du Nord. Dunkerque pourrait ainsi drainer les ef[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi