Publicité

Capital - "Du grand n'importe quoi", "C'est malsain je trouve", "Ce boss est complètement fou" : le fonctionnement d'une entreprise de nettoyage fait bondir la Toile

Une entreprise pas comme les autres. Ce dimanche 17 mars 2024 dans Capital sur M6, les téléspectateurs ont découvert le fonctionnement de la société de nettoyage Clinitex. Le PDG laisse beaucoup de liberté à ses employés, notamment sur les horaires. Mais aussi des responsabilités : c'est eux qui décident si leurs collègues pourront bénéficier ou non d'une augmentation. Une règle qui a beaucoup fait réagir la Toile.

Capture écran Twitter officiel Capital/Capital
Le PDG de Clinitex explique le fonctionnement de son entreprise
Capture écran Twitter officiel Capital/Capital Le PDG de Clinitex explique le fonctionnement de son entreprise

Julien Courbet proposait aux téléspectateurs d'M6 ce dimanche 17 mars 2024, un nouveau numéro de son émission Capital. Les trois reportages de la soirée avaient en commun une thématique : le changement de vie, vers plus d'argent, moins de stress ou vers un job idéal. 1 Français sur 10 serait prêt à changer de vie pour gagner en pouvoir d'achat. Le premier sujet s'est donc concentré sur les régions françaises qui ont le plus à offrir en terme d'emplois ou de qualité de vie. Selon les journalistes qui ont enquêté, Mulhouse serait la ville idéale pour les familles, grâce aux prix bas de l'immobilier, un nombre important de CDI ou encore aux salaires plus importants qu'ailleurs.

Les caméras ont ainsi suivi un couple d'anciens lyonnais, installés désormais dans la ville d'Alsace. Pour le même loyer qu'à Lyon, ils ont pu s'offrir un logement deux fois plus grand, situé dans d'anciennes friches industrielles. La proximité avec la Suisse offre également de belles perspectives économiques, pour les travailleurs transfrontaliers... Pour les jeunes actifs, le reportage a mis en avant Rouen. La ville normande propose un gros volume d'offres d'emplois, une mobilité facile grâce à la présence du métro, mais aussi une ambiance vivante : outre ses 550 restaurants, il s'agit de la ville française qui comporte le plus de bars par habitant. Enfin, les journalistes de Capital ont conseillé aux séniors de s'installer dans la ville de Rodez dans le Massif central. En plus de sa vie associative riche et son offre de soins large, il s'agit de la 3ème ville la plus sûre de France.

Une entreprise très atypique, qui a fait réagir X

Le deuxième reportage de la soirée s'intéressait à ces entreprises prêtes à tout pour attirer les Français. Parmi celles-ci, les téléspectateurs ont pu découvrir Clinitex, une entreprise de nettoyage située dans le Nord. Son fonctionnement est très particulier : les employés n'ont pas d'horaires imposés. Ainsi, Séverine, qui se rend sur son lieu de travail en voiture, s'octroie le droit d'arriver tard dans la matinée. Une évidence pour le PDG, Edouard Pick : "elle arrive fraîche et dispose, plutôt que d'avoir été tendue dans les bouchons", explique celui-ci, très compréhensif. Un autre employé justifie son arrivée tardive par son rythme de "lève-tard", ce qui ne choque pas plus le patron.

Vidéo. Découvrez le portrait de Julien Courbet

Mais les règles étonnantes de cette entreprise ne s'arrêtent pas là : défendant la transparence totale, le PDG a décidé de rendre les salaires de tous les employés accessibles à tous. Ceux-ci ne sont cependant pas appelés "salaires" mais "sacs à dos", afin de bien matérialiser les responsabilités endossées par chacun. Tous ces "sacs à dos", qui vont de la taille S à la taille XXL, sont consultables sur l'intranet de l'entreprise, y compris celui du patron. "Ce qui crée du fantasme, c'est ce qui est caché […] Une fois que les salaires sont transparents, on ne regarde pas dans l'assiette du voisin toutes les 5 minutes", justifie ainsi le PDG.

Plus surprenant encore, les salariés peuvent demander tous les ans une augmentation, dont ils fixent eux-mêmes le montant. Pour étudier leurs demandes, le patron tire au sort les noms de quatre autres salariés. Ceux-ci ont alors une semaine pour décider s'ils vont soutenir ou non la demande de leur collègue. Puis lors d'une réunion, ils bénéficient de deux minutes chacun pour défendre leurs points de vue. Si tous votent oui, l'augmentation est accordée, comme dans 84% des cas.

Sur X, ce fonctionnement a beaucoup surpris les internautes. Certains ont été très séduits par les libertés laissées au personnel de Clinitex et la confiance que lui témoigne le patron. Ceux-ci ont même parlé d' "exemple à suivre" ou ont affirmé vouloir y postuler.

D'autres cependant ont estimé que ce système était complètement loufoque voire malsain. Demander à des salariés d'accorder ou non une augmentation à leurs collègues, ne leur semble pas judicieux. Autre critique formulée : ces demandes d'augmentations ne concernent que les employés de bureaux, et non les employés de ménage qui sont eux soumis à une autre réglementation. Une injustice aux yeux de certains internautes.