Publicité

Cannes 2023 jour 2 : Pedro Pascal absent, Johnny Depp en retard, un film de SF français novateur... les 5 moments qu'il ne fallait pas rater

El Deseo
El Deseo

Les journées se suivent mais ne se ressemblent pas au Festival de Cannes. Après la cérémonie d'ouverture et la découverte du film Jeanne du Barry de Maïwenn, les festivités sont officiellement lancées avec les projections des films en compétition pour la fameuse Palme d'or et des projections spéciales hors compétition.

Comme à son habitude, l’équipe d’AlloCiné est présente sur les lieux pour vivre et vous faire vivre la compétition, mais aussi les découvertes, les surprises et les imprévus qui l’accompagnent. Pour ce premier récapitulatif, retour sur la journée du 17 mai.

Où est Pedro Pascal ?

On attendait l'une des plus grandes stars du moment sur la Croisette et elle nous a fait faux-bond. Pedro Pascal devait se rendre au festival dans le cadre de la présentation en avant-première de Strange of Way of Life, court-métrage de Pedro Almodóvar. Mais la star de The Mandalorian et The Last of Us, pris par un tournage, a annulé sa venue. Ce nouveau film du cinéaste espagnol a conquis le public, qui n'a pas manqué de féliciter le réalisateur et l'acteur Ethan Hawke, qui partage l'affiche de ce western queer avec Pedro Pascal.

Almodóvar joue aux boules

Alors que Pedro Pascal était absent du festival, Pedro Almodóvar, Ethan Hawke et le reste de l'équipe ont profité de toutes les activités que la ville de Cannes peut offrir. Ainsi, ils se sont octroyés un moment de tranquillité dans la nuit pour faire une partie de pétanque.

Johnny Depp en retard

Après la projection, vient l'heure de la conférence de presse. Toutes les équipes des films présentés en sélection officielle en Compétition, mais aussi en ouverture et en clôture, se prêtent à cet exercice. Et Maïwenn et sa distribution n'y ont pas échappé pour le film Jeanne Dubarry. Même si Johnny Depp a bien failli leur faire faux bond. L'acteur, sous le feu des critiques quant à sa présence même au festival suite aux révélations de son procès l'ayant opposé à son ex compagne Amber Heard, est arrivé à la conférence avec un retard de 40 minutes.

Un premier coup de coeur

Et il nous est offert par Thomas Cailley, neuf ans après son premier film, Les Combattants. Cette nouvelle proposition s'intitule Le Règne animal et dépeint une France où des mutations transforment des êtres humains en animaux.

Ce long métrage novateur, poétique et bouleversant, porté par Romain Duris, entre autres, s'inscrit dans la grande lignée des histoires de monstres, telles que L'Île du docteur Moreau, avec une sensibilité. Encore une fois, le cinéma français de genre n'a pas à rougir face à l'industrie hollywoodienne, Le Règne animal en est une nouvelle preuve.

La course à la Palme d’Or est lancée

Déjà lauréat d’une Palme d’Or (en 2018 grâce à « Une affaire de famille »), Hirokazu Kore-Eda a lancé les festivités. Un an après son détour par la Corée (le très beau « Nos bonnes étoiles »), il revient dans son Japon natal avec Monster et son récit en trois chapitres, où trois points de vues se répondent et se complètent. Entre drame et thriller, un film qui se transforme sans cesse et remet nos certitudes en questions, et à la fin, c’est encore l’émotion qui gagne. On imagine mal ne pas le voir au palmarès.

La compétition s'est poursuivie avec Le retour de Catherine Corsini. Deux ans après La Fracture, la cinéaste revient sur la Croisette avec ce drame familial mettant au premier plan une mère (Aïssatou Diallo Sagna) et ses deux filles (Esther Gohourou et Suzy Bemba). Un mystère plane dès le début du film sur le passé que cette mère a laissé en Corse, et va créer une forme de suspense. Le Retour est avant tout une forme de chronique familiale, sur fond de vacances en Corse, où il est question aussi de premières amour, d'identité sexuelle, de classes sociales et de racisme. Un film qui a fait couler beaucoup d'encre au moment de l'annonce de sa sélection, en raison d'une polémique, que la cinéaste et sa productrice ont balayé, parlant d'une "rumeur extrêmement dommageable".

La musique du jour

Quelles musiques rythmeront le Festival, qu'il s'agisse des films ou des soirées ? Côté films, on a déjà pu entendre des chansons aussi éclectiques que "Mes yeux dans ton regard" de Nilda Fernandez (dans Ama Gloria de Marie Amachoukeli, en ouverture de la Semaine de la critique) et un tube un peu oublié des années 80, "Tropique" de Muriel Dacq (dans Laissez moi de Maxime Rappaz, film d'ouverture de l'Acid). Mais on retiendra surtout le titre de Léonie Pernet, "Les chants de Maldoror", présent à deux reprises dans Le Retour de Catherine Corsini. Une chanson entêtante interprétée par Léonie Pernet elle-même au cours d'un showcase cannois, dans le cadre des soirées Sunset Live Sacem.

On vous quitte en musique pour clore cet article !

La 76ème édition du Festival de Cannes se tient du 16 au 27 mai 2023.

Lire la suite sur AlloCiné

Cannes 2023 jour 1 : la danse de Brie Larson, le discours émouvant de Catherine Deneuve, polémiques... les 8 moments qu'il ne fallait pas rater

Oubliez Godzilla et Thanos, la plus grande menace pour l'Humanité se révèle dans la bande-annonce de The Creator

La fin de Buffy a déjà 20 ans : Sarah Michelle Gellar en 7 anecdotes surprenantes (par elle-même !)

Netflix : plus qu’une semaine pour rattraper tous les Transformers avant l’arrivée de Rise of the Beasts

Fast and Furious 10 est-il le meilleur film de la semaine ?

"Un retour aux sens propre et figuré à l'essence de la saga" : on a vu Indiana Jones 5 à Cannes !