Cannes 2019: show-biz, retard, annulation, une journée d'interviews pendant le festival

La Rédaction d'AlloCiné
Coup de coeur, rencontre marquante, anecdote de festivalier : tous les jours, la Rédac' AlloCiné partage son vécu du 72e Festival de Cannes.

Clément Cuyer (@clemt77)

Ah, le marathon des interviews cannoises... C'est parfois un tel casse-tête qu'on pourrait même dire qu'il s'agit d'un marathon avec des haies ! Exercice du jour : comment faire tenir trois entretiens à trois endroits différents en seulement trois heures, alors qu'on sait pertinemment qu'il y aura, comme d'habitude, une forte probabilité de retard ? Réponse : avec beaucoup d'organisation, pas mal d'obstination, de la malice, de la ruse, même... Chose à savoir, un BAC + 3 en communication est requis, car il faut savoir être gentil et conciliant avec les attachés de presse, tout en sachant faire preuve de fermeté. Il y a également le facteur chance à ne pas sous-estimer. Et puis il faut parfois s'abandonner, laisser couler, prendre de la hauteur sur tous ces SMS, mails, boucles, slots, créneaux, print, vidéos, embargos, oh, oh, oh !!! Du calme ! Car au final, ce passe ce qui doit se passer. Et aujourd'hui, ça s'est bien passé avec un enchaînement technique Parasite / Yves / Les Particules parfaitement réalisé, avec les félicitations du jury.

 Corentin Palanchini (@Sartana87)

Une rencontre avec une star américaine s'accompagne souvent d'un étrange décorum, mais avec la venue à Cannes de "Brad et Leo" (comme on l'entend dans la salle d'attente des journalistes), le décorum est adapté à leur statut de stars mondiales. À l'arrivée au dernier étage d'un des plus grands hôtels de la Croisette, le ton est donné : on nous demande de mettre un bout de scotch sur les objectifs de nos téléphones ! C'est donc officiel, aucune photo ne sera tolérée à l'intérieur. La presse mondiale est là, certains journalistes ne sont envoyés à Cannes que pour ces interviews et rentrent dans la journée, le nombre d'attaché(e) de presse frôle le jamais vu ! Evidemment, chacun revient de la salle d'interview avec le sourire aux lèvres, satisfaits d'avoir rencontré ses idoles, qui ont fait le show (voir le ressenti de Brigitte, plus bas, pour plus de détails). Pour ma part, je rencontrais là-bas Quentin Tarantino, cinéphile bouillonnant, gesticulant, passionné et passionnant. Le créneau est court, trop court mais conscient de cette limite, le réalisateur de Pulp Fiction donne tout et parle à 1000 à l'heure pour répondre au maximum de ce qui lui est possible. J'ai conscience de ma chance et pour tout dire, je la savoure encore à l'heure de ces lignes. Bravo Quentin !

 Laetitia Ratane (@laetitia.ratane)

Quand on couvre Cannes pour AlloCiné, on voit des films exceptionnels, marquants. On rencontre des stars montantes ou installées. Et on écrit des papiers! Aujourd’hui parce que le temps me le permettait, j’ai eu envie de décrire un Cannes autre, celui des à côté ! La sécurité dont j ai déjà parlé est notamment un aspect qui m’interpelle beaucoup cette année. Quelles sont les consignes, le stress associé? Est-ce facile de gérer autant de cinéphiles insatiables donc par essence insatisfaits ? Plutôt confiante je me suis baladée dans le Palais des Festivals à la recherche du responsable de la sécurité pour lui demander une petite interview improvisée. « Je n ai le droit de rien dire » m à t il dit gentiment consterné. J avoue cela m à un peu vexée ! C est vrai quoi, à Cannes on arrive à interviewer Tarantino et Dolan... mais pas le chef de la sécurité.

 Brigitte Baronnet (@BBaronnet)

Ce moment où vous recevez un mail disant « J’ai le plaisir de vous annoncer que vos créneaux sur le junket de ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD sont approuvés !», avouons qu’on relit à deux fois pour être certain que c’est bien vrai : rencontrer ensemble Brad Pitt et Leonardo DiCaprio, deux des plus grands acteurs hollywoodiens, c’est irréel. Un fantasme ? Oui, aussi ! Le jour J, en chemin pour le Palace de la Croisette, dans lequel va se passer ce press junket, je vois sur écran géant les images de la magnifique montée des marches qui a eu lieu la veille, et toute cette foule qui était là pour eux. Dans 2h, j’aurai mon tête à tête avec eux (tête à tête, exception faite des publicistes tout autour de nous, qui fourmillent de partout et notent tout). Ca y est, on m’appelle : dans quelques minutes, ils seront là en face de moi. Visiblement détendus, poignée de main (et Brad a la coquetterie de se présenter… sérieusement ?!), et ça y est c’est parti, le temps de poser 5 questions et c’est terminé. Complicité, petites blagues, tout est millimétré, manifestement préparé à ce qu’on leur pose certaines questions. En tout cas, peu importe, on sort de cette gigantesque suite du Carlton avec inévitablement un énorme sourire aux lèvres, d’avoir pu échanger avec le top du top des acteurs hollywoodiens ! Oh boy !