Publicité

Les cancers de la prostate vont se multiplier dans le monde (et on n’y peut pas grand-chose)

Le ruban bleu, symbole de la lutte contre le cancer de la prostate, dont le nombre de cas va se multiplier dans les années à venir.
Getty Images/iStockphoto Le ruban bleu, symbole de la lutte contre le cancer de la prostate, dont le nombre de cas va se multiplier dans les années à venir.

SANTÉ - Une hausse inéluctable. Les cancers de la prostate vont fortement progresser au cours des prochaines années dans le monde, notamment dans les pays moins riches. Cette tendance s’explique par le vieillissement prévisible de la population.

Cancer de la prostate : le dépistage est primordial et ne passe pas forcément par un toucher rectal

« Selon nos conclusions, le nombre annuel de nouveaux cas va doubler de 1,4 million en 2020 à 2,9 millions en 2040 », résument les auteurs de cette étude publiée ce jeudi 4 avril dans The Lancet, et réalisée en extrapolant des changements démographiques déjà observés à l’heure actuelle. Cette progression s’expliquerait par « la hausse de l’espérance de vie et par des changements dans les pyramides des âges », avancent les auteurs.

Vieillissement de la population

Le cancer de la prostate, qui est le plus courant chez les hommes en France − 24 % de l’ensemble des cancers masculins, et 59 800 nouveaux cas en France en 2018 selon les derniers chiffres de l’Institut National du Cancer −, se déclare à plus de 50 ans dans la plupart des cas. Et sa fréquence augmente fortement plus l’on avance en âge au-delà de ce seuil.

Or, un grand nombre de pays pauvres ou en voie de développement sont en train de rattraper partiellement leur retard d’espérance de vie, ce qui devrait mécaniquement augmenter le nombre de cancers de la prostate.

Et « contrairement à d’autres problèmes d’ampleur, comme le cancer du poumon ou les maladies cardiovasculaires, on ne pourra pas éviter cette hausse des cas par des politiques de santé publique », relèvent les chercheurs.

Des facteurs de risques peu évitables

En effet, les facteurs de risque du cancer de la prostate − hérédité, taille élevée… − sont beaucoup moins évitables que, par exemple, le tabagisme pour le cancer du poumon. Seul un lien avec le surpoids a été établi, mais on ignore s’il y a un mécanisme de cause à effet. Les auteurs de l’étude jugent néanmoins qu’il est possible de limiter la hausse des cancers de la prostate par différentes actions.

Ils prônent par exemple de viser des diagnostics moins tardifs dans les pays moins riches, constatant que les cancers de la prostate y sont souvent repérés trop tard pour agir efficacement. Ils mettent en revanche en garde sur le risque de « surdiagnostic et surtraitement » dans les pays développés.

À voir également sur Le HuffPost :

Charles III souffre d’hypertrophie de la prostate : ce qu’il faut savoir sur cette maladie fréquente chez les hommes âgés

Charles III atteint d’un cancer, le roi remercie « sincèrement » tous ceux qui le soutiennent