Le cancer de la vessie est le 7e le plus fréquent en France : les 5 signes qui doivent vous alerter

Woman having painful stomachache. (athima tongloom via Getty Images)

Le cancer de la vessie, le septième le plus fréquent en France, reste souvent silencieux et provoque des troubles uniquement à un stade avancé. Voici les signes à connaître.

La prudence est de mise. Chaque année, le cancer de la vessie touche 13 000 nouvelle personnes en France. Généralement diagnostiqué vers l'âge de 70 ans, il affecte majoritairement les hommes, reste souvent silencieux et ne provoque des troubles qu'à un stade avancé. Il s’agit du septième cancer le plus fréquent dans l’Hexagone.

Comme le rappelle l’Assurance maladie sur son site Internet, la présence de sang dans les urines est le signe le plus courant du cancer de la vessie. On le retrouve chez 90 % des patients environ. Appelé hématurie, ce phénomène n’est, en général, pas accompagné de fièvre. Il peut se révéler plus ou moins abondant (urines de couleur rosée à rouge vif, selon l’importance du saignement) ; être présent tout au long de la miction (du début à la fin du jet) ou seulement à la fin mais aussi survenir par intermittence (les urines sont claires certaines fois, et contiennent du sang d'autres fois).

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Attention, la couleur de vos urines peut être le signe d’une maladie"

L’importance d’une détection précoce

En parallèle, d’autres signes doivent également vous alerter comme des infections urinaires fréquentes, une perte de poids involontaire, une sensation de fatigue mais encore une perte d’appétit. Si un doute subsiste, il est important de consulter son médecin traitant rapidement car en cas de cancer de la vessie, la détection précoce de la maladie augmente considérablement les chances de guérison.

D’après l’Institut national du cancer, plusieurs causes peuvent le favoriser comme la consommation de tabac, l’exposition professionnelle à certains agents chimiques, un traitement antérieur par radiothérapie au niveau du bas-ventre, une chimiothérapie à base de cyclophosphamide, la bilharziose urogénitale (une maladie tropicale) ou bien un traitement pour une tumeur de l’uretère, du bassinet du rein.

VIDÉO - Jean-Marc Bohbot : "Les femmes qui fument ont plus de risque de développer une cystite"