Cancer des testicules : le signe qui doit vous alerter

Généralement, cette tumeur ne cause pas de symptôme spécifique. (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Il est recommandé de réaliser une palpation des testicules régulièrement afin de dépister la possible présence d'une masse. Comment faut-il s'y prendre ?

L'été dernier, le footballeur Sébastien Haller a découvert qu'il souffrait d'une tumeur testiculaire. Grâce à son témoignage, il a mis ce cancer en lumière afin de sensibiliser les jeunes. Sur les réseaux sociaux, il a partagé toutes les étapes de ses deux opérations. "Les cancers du testicule représentent 1 à 2 % des cancers de l'homme. Les jeunes sont les plus touchés. Il s'agit d'ailleurs du cancer le plus fréquent de l'adulte jeune (15 – 35 ans). On distingue différentes formes de cancer du testicule selon le type de cellules dont la tumeur est issue. Dans 95 % des cas, il s'agit d'une tumeur germinale qui a pour origine les cellules productrices de spermatozoïdes", détaille la Fondation pour la recherche sur le cancer - ARC.

Une autopalpation nécessaire

Généralement, cette tumeur ne cause pas de symptôme spécifique. Alors, quand le patient détecte une masse au niveau des testicules, c'est souvent un signe d'alerte de la maladie. Interrogé par franceinfo, le Pr Karim Fizazi, spécialiste de ces tumeurs à Gustave Roussy rappelle l'importance de consulter rapidement un médecin. "Il est conseillé aux adolescents à partir de 14 ans de réaliser une fois par mois une autopalpation des testicules. Cet examen est particulièrement recommandé lorsqu'il y a un antécédent de cryptorchidie ou de cancer du testicule chez un proche (père ou frère). Le moment idéal est à la sortie de la douche car la chaleur de l'eau a détendu la peau des bourses, ce qui facilite la palpation. Devant un miroir, il faut examiner les testicules l'un après l'autre en faisant rouler la glande entre le pouce et les quatre doigts. Les quatre doigts sont placés sous le testicule et le pouce au-dessus", détaille ARC. Différents examens permettent ensuite de confirmer le diagnostic.

D'excellent pronostic, ce cancer se manifeste principalement chez les hommes jeunes âgés entre 20 et 35 ans. Dans la majorité des cancers du testicule, le taux de survie à 5 ans dépasse les 80 à 90 %, rappelle l'institut Curie. Avant le début des traitements, les médecins proposent une conservation de sperme dans un centre spécialisé. Dans la majorité des cas, la fertilité redeviendra normale, comme le confirme le Pr Karim Fizazi qui raconte avoir reçu de nombreux faire-part de naissances envoyés par d’anciens patients.