Publicité

Cancer du col de l’utérus : ces 4 symptômes peu connus que vous ne devriez jamais ignorer

À l’occasion de la semaine européenne de prévention du cancer du col de l’utérus, une gynécologue a partagé quatre symptômes peu connus qui devraient vous mettre la puce à l’oreille.

A woman suffering from menstrual pain. She suffers from pain due to ovarian ovulation.

Le cancer du col de l’utérus fait peur car il opère furtivement en l’absence d’indicateurs précoces. Alors pour vous aider à le déceler et à réagir au plus vite en cas de nécessité, le Dr Susanna Unsworth, dont les propos ont été relayés par le Mirror, a partagé quatre symptômes peu connus que vous ne devriez jamais ignorer.

Tout d’abord, si vous remarquez des modifications de vos saignements vaginaux, l’heure est au questionnement. Par exemple, si vous commencez à avoir des saignements entre vos règles, après la ménopause ou après un rapport sexuel, il est fortement recommandé d’aller consulter. Même chose si vous remarquez des modifications de vos pertes vaginales. Autrement dit, si elles sont plus épaisses, ont changé de couleur, d’odeur ou bien si elles semblent tachées de sang.

En parallèle, si les rapports sexuels vous font mal, même après lubrification, cela vaut également la peine de contacter votre médecin généraliste. Enfin, le mal de dos peut également être un signe du cancer du col de l’utérus. Ainsi, si vous avez remarqué une douleur dans le bas du dos ou dans le bassin qui ne disparaît pas après deux ou trois semaines, l’avis d’un professionnel de santé est alors préconisé. Surtout s'il n'y a pas de raison claire à cette douleur comme une blessure sportive ou un mode de vie actif.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Les femmes qui se lissent les cheveux ont trois fois plus de risques d’avoir un cancer de l’utérus"

“Des mesures préventives”

Pour rappel, le dépistage cervical est le meilleur moyen d'identifier les changements anormaux dans le col de l'utérus. "En outre, les femmes devraient toujours subir des frottis, un test de dépistage de routine qui permet de détecter des cellules anormales sur le col de l'utérus avant qu'elles ne se transforment en cancer", a expliqué le Dr Unsworth, insistant sur la nécessité de se faire suivre régulièrement. "C'est une procédure rapide et indolore qui pourrait vous sauver la vie. Associées au dépistage cervical, elles agissent comme des systèmes d'alerte précoce, permettant aux médecins de prendre des mesures préventives".

À LIRE AUSSI >> Cancer du col de l'utérus : une nouvelle thérapie donne des "résultats remarquables"

À noter que le cancer du col de l’utérus est principalement causé par une infection persistante au HPV, un groupe courant de virus qui touche environ huit personnes sur dix. Bien que de nombreuses infections au HPV disparaissent d'elles-mêmes, certaines peuvent conduire au cancer du col de l'utérus. Chaque année en France, 3 000 femmes en développent un.

VIDÉO - Papillomavirus : "J’ai eu un cancer du col de l’utérus à 31 ans"