Publicité

CAN 2024: Nigeria, Égypte, Algérie... les stats étonnantes de la phase de groupes

Après 36 matchs et la phase de groupes achevée, il s'avère que cette 34e édition de la Coupe d'Afrique des nations est effectivement l'une des plus excitantes depuis un certain temps. Au-delà du ressenti et des résultats surprises, une statistique fournie par Opta le confirme: avec 2,47 buts par match, la CAN 2024 affiche son ratio le plus élevé à ce stade de la compétition depuis l'édition 2012 (2,54).

Il faut dire que ce chiffre s'était quelque peu effondré dernièrement: 1,89 en 2021 et 2019, 1,88 en 2015. Une autre stat' va dans ce sens: il n'y a eu que 8% de 0-0 pour le moment, ce qui est là aussi le pourcentage le plus faible depuis 2012.

En ce qui concerne les équipes, la Guinée Équatoriale, sensation de la compétition avec son redoutable attaquant-capitaine Emilio Nsue, est sans surprise l'équipe qui surperforme. Un constat valable aussi bien en attaque (5 buts de plus par rapport à ses expected goals) qu'en défense (3,5 buts encaissés de moins par rapport aux expected goals subis).

L'Algérie dehors avec la plus grande possession

Parmi les autres équipes qualifiées, le Nigeria surprend... en raison de son potentiel offensif insuffisamment exploité. Malgré un total de 6,09 buts attendus, seulement trois buts ont été inscrits par l'équipe emmenée par Victor Osimhen (qui est le joueur qui sous-performe le plus en attaque toutes équipes confondues avec -1,72 de différentiel par rapport à ses expected goals). Les ratés devant le but concernent aussi la RD Congo, qui n'a marqué que deux fois malgré 5,01 xG.

Par ailleurs, les chiffres doivent alerter les supporters de l'Égypte. Les Pharaons font preuve de grosses qualités sur le pressing (meilleur total de récupérations hautes - 25), mais ils pêchent dangereusement en défense avec quatre buts de trop encaissés par rapport aux occasions subies. Leur taux de tirs arrêtés est le plus faible de la compétition avec la Guinée: seulement 25%. Ce qui pourrait changer avec Gabaski, le gardien qui va devoir remplacer le titulaire Mohamed El Shenawy, blessé à l'épaule pour le reste du tournoi.

Quant à l'Algérie, sa sortie surprise s'accompagne d'un paradoxe: les Verts ont terminé la phase de poules avec la plus grande possession moyenne par match (68,5%).

Article original publié sur RMC Sport