«Une campagne, c’est un sprint à étapes multiples»

Libération.fr

Pour le médecin de l’équipe cycliste Fortuneo, politiques et sportifs de haut niveau vivent une expérience comparable.

Jean-Jacques Menuet, spécialiste de médecine sportive et de nutrition, est le médecin de l’équipe cycliste Fortuneo. Il s’est aussi occupé de l’équipe de France de boxe.

Quel regard professionnel portez-vous sur les hommes politiques ?

Il y a des analogies évidentes entre les sportifs de haut niveau et les politiques. Ce sont les mêmes profils psychologiques, qui ont besoin de concourir, de gagner, d’exister. Comme les sportifs, ils transcendent leurs limites physiques quand il le faut. Une campagne présidentielle, c’est une course au sprint à étapes multiples. Il y a probablement des prédispositions génétiques mais l’environnement personnel et l’éducation sont aussi des facteurs clés pour les compétiteurs politiques. Les souffrances endurées ne sont pas de même nature mais elles sont comparables : les politiques prennent des coups psychologiques mais ils restent debout, comme les boxeurs au nez cassé. Mais sur un ring, les coups en dessous de la ceinture sont interdits alors qu’en politique… Les candidats accumulent les cicatrices mais ils continuent : les Français aiment les gens qui souffrent ou ont souffert pour être là où ils sont.

Selon vous, c’est le mental ou le physique qui compte le plus en campagne ?

Physiquement, c’est le monde du sport qui déteint sur la politique : les Français veulent des corps toniques. Ils exigent des modifications physiques pour entrer dans la peau d’un candidat et du futur président. L’image du sportif génère de la puissance dans l’imaginaire collectif. D’où la propension des candidats à se répandre sur leurs pratiques sportives. A tout le moins, ils font des étirements et du gainage et font très attention à ce qu’ils mangent. François Hollande au Salon de l’agriculture, il marche des heures mais il ne fait que tremper ses lèvres dans les verres de vin ou de bière. C’est juste pour l’image.

Mais comme dans le (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Les candidats engagés corps et came
Elysée Leurs potions pour tenir bon
Guyane : la guerre des nerfs en six blocages
Cinéma «Félicité», voix à suivre
«Le clientélisme et la corruption sont importants»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages