Publicité

Camarade de Macron, nièce de Duhamel… 5 anecdotes sur Amélie Oudéa-Castéra

Récemment propulsée au ministère de l’Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra est loin d’être une novice en politique.

Amélie Oudea-Castera, assiste à la 105e session du Congrès des maires organisée par l'Association des maires de France (AMF), à Paris, France, le 21 novembre 2023.  (REUTERS/Sarah Meyssonnier)
Amélie Oudea-Castera, assiste à la 105e session du Congrès des maires organisée par l'Association des maires de France (AMF), à Paris, France, le 21 novembre 2023. (REUTERS/Sarah Meyssonnier)

La ministre Amélie Oudéa-Castéra est sous le feu des projecteurs depuis sa sortie polémique sur l’école publique. Celle qui a récemment été propulsée rue de Grenelle, à l'Éducation nationale, pour succéder au nouveau Premier ministre Gabriel Attal, a affirmé face caméra avoir scolarisé ses enfants dans l’établissement privé conservateur Stanislas en raison des "paquets d’heures pas remplacées" dans l’école publique Littré. Depuis les syndicats d’enseignants et l’opposition se déchaînent.

Et les choses ne devraient pas s’apaiser de sitôt après les révélations de Libération. D’après le journal, le fils aîné de la ministre n’a été scolarisé que six mois en petite section dans le public. Son enseignante de l'époque, interrogée pour l’occasion, assure ne jamais avoir été absente et que le changement d'établissement a fait suite au refus de passage anticipé en moyenne section de maternelle. Des propos démentis dans la foulée par la mère de famille. Quant à ses deux autres enfants, ils n’ont jamais été dans le public. Qui est Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports, des Jeux olympiques et de l’Éducation nationale et quel est son parcours, aussi surnommée AOC ? Tour d’horizon en cinq anecdotes.

Nièce d’Alain et Patrice Duhamel

Née en 1978 et élevée dans les beaux quartiers parisiens, Amélie Oudéa-Castéra baigne dans la politique depuis son plus jeune âge. Son père, Richard Castéra, était un haut fonctionnaire qui a notamment dirigé Publicis et sa mère, Dominique Duhamel, était directrice des ressources humaines. Parmi ses oncles figurent les célèbres journalistes Alain et Patrice Duhamel, avec lesquels elle jouait au tennis tous les dimanches. "Après les parties, on se retrouvait en famille autour d'un repas, où l'on débattait de politique durant des heures", note Le Point. Pour compléter l'arbre généalogique, Patrice Duhamel est marié à Nathalie Saint-Cricq, éditorialiste politique à France Télévisions, qui est donc la tante de la ministre par alliance. Tous deux sont les parents du journaliste politique Benjamin Duhamel, qui travaille sur BFMTV. Le cousin d'Amélie Oudéa-Castéra est, de plus, en couple avec Agathe Lambret, journaliste politique à france info.

Une camarade d’Emmanuel Macron à l’ENA

Connue pour avoir été une championne de tennis plus jeune, Amélie Oudéa-Castéra n’est pas pour autant une novice de la vie publique. Cette élève qualifiée de brillante était une camarade d’Emmanuel Macron à l’ENA, dans la promotion Senghor. Un temps dans le privé, où elle a occupé des postes importants chez Axa et Carrefour avant de prendre la tête de la Fédération Française de Tennis en 2019, la femme politique n’a jamais caché son ambition. Elle briguait le poste de ministre des Sports depuis l’élection présidentielle de 2017, détaille Le Monde. Objectif finalement atteint après cinq ans de patience à "imbriquer les pièces de (son) puzzle". Elle a été nommée en mai 2022 à la suite de Roxana Maracineanu dans le gouvernement Borne.

Des rapports tendus avec Anne Hidalgo

La ministre des Jeux olympiques a pour point commun avec la nouvelle ministre de la Culture Rachida Dati d’avoir une relation conflictuelle avec la maire de Paris. Le sujet des JO est l'occasion de nombreuses passes d’armes entre les deux femmes. À l’automne 2022 par exemple, quand Amélie Oudéa-Castéra a demandé aux collectivités locales d’augmenter leur participation financière pour faire face aux surcoûts liés à l’inflation, Anne Hidalgo lui a répondu : "Vous n’allez pas me dicter ce que j’ai à dire, je suis élue, vous, vous êtes nommée". Qualifiée de technocrate par la maire parisienne, la ministre n’a pas hésité à sortir les griffes en retour : "Si être techno dans le langage Hidalgo, c'est être compétent et près de ses dossiers, alors très bien".

Noël Le Graët et Bernard Laporte dans le viseur

À la tête de l’association Rénovons le sport français en 2018, Amélie Oudéa-Castéra était notamment chargée de piloter la rédaction d’un rapport sur la gouvernance des instances et leurs pratiques. Un sujet qui lui a valu des combats avec des piliers du sport français. L'indéboulonnable Noël Le Graët, à la tête de la Fédération française de football, et Bernard Laporte, qui dirigeait celle de rugby, n’ont pas résisté à la fermeté de la ministre et ont dû se résoudre à quitter leurs fonctions.

Mariée à l’ancien PDG de la Société générale

Côté vie personnelle, Amélie Oudéa-Castéra est mariée à Frédéric Oudéa, qui a été à la tête de la Société générale pendant 14 ans, entre 2009 et 2023. La position de son mari ne l’a probablement pas aidé à décrocher le poste de ministre qu’elle convoitait de suite, l’entreprise étant un partenaire majeur du sport français. Début 2023, celui qui a aussi été inspecteur des finances et conseiller de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était ministre du Budget, a rejoint la direction de Sanofi. Ensemble, ils ont eu trois garçons nés en 2006, 2008 et 2011 et tous scolarisés dans le privé donc.

VIDÉO - Appelée à la démission, Oudéa-Castéra demande la fin des "attaques personnelles"