Publicité

Cette caméra permet de voir les couleurs comme une abeille ou un oiseau (et c’est fascinant)

ANIMAUX - Un ciel ultraviolet, un arc-en-ciel bicolore et des nuances qui nous sont invisibles : les animaux ne voient pas toujours les mêmes choses que les humains, et des scientifiques ont voulu se mettre à leur place. À l’aide de caméras bricolées, un groupe de chercheurs a donc codé un logiciel pour filmer le point de vue des animaux en mouvement, et ainsi mieux comprendre comment ce point de vue influence leur comportement.

Leurs résultats ont été dévoilés mardi 23 janvier dans la revue PLOS Biology. Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus, on y découvre notamment qu’aux yeux d’une abeille, notre crème solaire blanche est en réalité jaune fluo, car elle absorbe la lumière ultraviolette que les abeilles perçoivent au quotidien. Pour un oiseau, un ciel qui nous semble bleu apparaît en revanche « couleur ultraviolette ». Grâce à une technique d’imagerie dite de « fausse couleur », cette couleur UV est représentée comme une sorte de magenta pour nos yeux d’humains.

Élucider le mystère des photorécepteurs des animaux

Si les animaux voient le monde aussi différemment, c’est avant tout à cause des photorécepteurs. Là où les humains ne perçoivent que les lumières rouges, vertes et bleues, ainsi que leurs mélanges, de nombreux animaux perçoivent la lumière ultraviolette ou infrarouge. « Chaque animal possède un ensemble unique de photorécepteurs […] et ni nos yeux ni nos caméras ne captent toutes ces variations de lumière », expliquent les chercheurs, mettant en lumière un mystère que leur logiciel essaie justement d’élucider.

Pour y parvenir, ces derniers ont mis au point deux caméras, l’une sensible à la lumière ultraviolette et l’autre à la lumière visible. Ensuite, c’est leur logiciel qui a « traduit » les vidéos enregistrées en données quantifiables, afin d’étudier les variations temporelles des différents signaux de couleurs. Un système bien rodé, qui prédit les couleurs perçues avec une précision estimée entre 92 et 99 % d’après le média Gizmodo. Et pour les photographes animaliers en herbe, bonne nouvelle : les instructions nécessaires pour tenter l’expérience ont été rendues publiques en même temps que l’étude. À vos caméras !

À voir également sur Le HuffPost :

Un rare manchot entièrement blanc repéré en Antarctique

Au Mexique, le périple de la girafe Benito déplacée de zoo en zoo touche à sa fin