«Si c’est vraiment Macron-Le Pen, on n’est pas dans la merde»

Libération.fr

Pendant la présidentielle, Libération sonde, chaque jour de la semaine, des lieux différents de la «France invisible». Ce mardi, les abords du canal Saint-Martin, à Paris, avec un sans-abri.

Ervé, mon frère Ervé, ne vois-tu rien venir ? Un programme, une proposition, une (petite) idée ? «Non, rien, aucune direction», répond ce sans-domicile fixe de 44 ans qui a posé son sac à dos depuis quelques années aux abords du canal Saint-Martin, à Paris. A quarante jours du premier tour de l’élection présidentielle, Ervé s’inquiète : «Avant, on demandait aux candidats d’avoir un programme. Maintenant, on veut qu’ils aient une posture. Et au final, ils sont dans l’imposture.»

Prenons le cas Hamon : «Certains lui reprochent de ne pas avoir le "costume" de président de la République. Mais franchement, s’il présentait un programme, même en jean-baskets, ça m’irait très bien !» Pourtant, le vainqueur de la primaire du Parti socialiste ne parvient pas à imprimer ses idées. «On ne l’entend plus, regrette Ervé. Peut-être parce que les médias couvrent beaucoup l’affaire Fillon… On ne parle que des casseroles.» Pour lui, de nombreuses personnes «ne savent pas encore pour qui elles vont voter. Le moins pire, sûrement».

Ervé parie sur un taux d’abstention élevé le 23 avril. Le second tour Macron-Le Pen, pronostiqué par les sondages, ne l’émoustille pas plus. «Si c’est vraiment ça, on n’est pas dans la merde», soupire-t-il. Ervé a pourtant décidé de ne pas déchirer sa nouvelle carte d’électeur, qu’il vient de recevoir. «Ça peut servir, dit-il. Je vais aller voter, mais sans enthousiasme.» Rien à voir avec son premier bulletin glissé dans l’urne pour une élection présidentielle, au nom d’Arlette Laguiller. «J’étais heureux», se souvient-il. Même s’il abhorre Le Pen, Ervé se méfie de Macron, qu’il voit comme «l’instigateur du revirement de François Hollande». Certaines propositions du leader d’En marche ne le rassurent pas, comme celle empêchant un chômeur de refuser plus de deux (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Yoni Palmier, «le tueur à la moto», jugé en appel
Handicap
Disparition Joseph Maggiori, directeur artistique du «Figaro Magazine»
«Il faut que [Manuel Valls] mouille la chemise dans la campagne [de Benoît Hamon].»
Lyon Marée de carburant après le déraillement d’un train

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages