Publicité

"C’est très dangereux" : Fanny Ardant évoque le mouvement #MeToo et l’ouverture de la parole dans la société

Actuellement en pleine promotion de son nouveau long-métrage Les rois de la piste, réalisé par Thierry Klifa la comédienne Fanny Ardant fait donc le tour des plateaux télé. Cette dernière s’est rendue ce mardi 12 mars dans l’émission de Canal+ En Aparté où elle a notamment tenu à évoquer le mouvement #MeToo. Interrogée par Nathalie Lévy sur une potentielle crainte d’avoir l’impression d’être une proie sur un tournage, l’actrice de Huit femmes a tenu à affirmer qu'il n'en était rien. "Non, jamais parce que moi, je suis de nature violente, donc moi, je me bats, je frappe. Très jeune, j’ai pensé que la vie était un danger, que c’était un combat, qu’il fallait se battre (…) C’était intrinsèque" a-t-elle dit avant de poursuivre sur l’ouverture de la parole dans la société : "Je pense que c’est salutaire, mais il faut que la parole soit ouverte à tout le monde et la parole doit appartenir à tout le monde. Il ne faut pas qu’une certaine parole fasse naître la peur parce que je pense qu’avoir peur d’être exclue, avoir peur que son film ne sorte pas, avoir peur qu’on ne vous engage plus à cause de vos opinions, ça, c’est très dangereux, parce que c’est le début d’une société totalitaire, donc vive la parole ! Tout le monde peut s’exprimer, mais il ne faut pas brimer ceux qui ne pensent pas de la même façon".

À lire également

“J’aime les hommes intelligents et polémiques” : Fanny Ardant fait l’éloge de Mathieu Kassovitz

La comédienne a beaucoup fait parler d’elle ces dernières années. Lorsque Roman Polanski a remporté son César du meilleur réalisateur pour le film J’Accuse en 2020 lors de la 45ème Cérémonie des César, Fanny Ardant avait défendu le cinéaste.

"Moi quand j'aime quelqu'un, je l'aime passionnément. J'aime beaucoup, beaucoup, Roman Polanski, donc je suis très heureuse pour lui", avait assuré l’actrice à sa sortie de la salle Pleyel. "Après, je comprends que tout le monde n'est pas d'...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi