Publicité

« C à vous » : la charge de l’avocate de Gérard Depardieu contre Anouk Grinberg, qui témoigne contre l’acteur

L’avocate Béatrice Geissmann Achille, qui défend Gérard Depardieu, sur le plateau de « C à vous » sur France 5, le 11 décembre 2023.
L’avocate Béatrice Geissmann Achille, qui défend Gérard Depardieu, sur le plateau de « C à vous » sur France 5, le 11 décembre 2023.

C À VOUS - Le camp Depardieu contre-attaque après les révélations de Complément d’enquête sur l’acteur, ainsi que les prises de parole médiatiques qui ont suivi.

Sur Gérard Depardieu, Tristane Banon appelle à condamner aussi ceux qui ont filmé la séquence en Corée du Nord

Les avocats Christian Saint-Palais et Béatrice Geissmann Achille, qui défendent les intérêts de Gérard Depardieu, étaient invités sur le plateau de C à vous sur France 5 ce lundi 11 décembre.

Béatrice Geissmann Achille y a notamment chargé l’actrice Anouk Grinberg, qui avait dénoncé dans la matinée sur France Inter la « monstruosité » de l’acteur, elle qui le connaît depuis une trentaine d’années. « C’était un monstre sacré du cinéma mais tout le monde l’a autorisé à être un monstre tout court », avait-elle insisté.

« C’est un témoignage qui me choque un peu », a réagi l’avocate dans C à vous. « Elle est excellente Anouk Grinberg, c’est une comédienne remarquable. Mais enfin, si Gérard Depardieu est le monstre qu’elle décrit, ce type abominable, pourquoi a-t-elle tourné avec lui il y a un an et demi “Les Volets verts” ? », se demande-t-elle.

« Tout le monde va attester (...) que tous les jours elle arrivait sur le plateau avec une scène écrite dans la nuit en disant : “j’ai écrit une scène supplémentaire pour moi et Gérard Depardieu”. Il ne faut pas être incohérent », estime Béatrice Geissmann Achille. Sorti en août 2022 en salles, Les Volets verts, réalisé par Jean Becker, avait fait 320 000 entrées en France.

« J’ai trouvé son témoignage d’une violence incroyable »

« Je trouve qu’on ne peut pas à la fois avoir envie d’un rôle avec Gérard Depardieu, tourner ce rôle, et ensuite l’exécuter comme elle le fait actuellement », regrette-t-elle encore sur France 5, avant de poursuivre sur les mots employés par Anouk Grinberg pour parler du viol présumé de l’actrice Charlotte Arnould qui a entraîné la mise en examen de Gérard Depardieu : « j’ai trouvé son témoignage d’une violence incroyable parce que j’ai relevé ce mot - moi aussi je vais être très grossière : “il l’a violée et lui a collé son gros doigt de pute”. Mais excusez-moi, elle connaît le dossier ? Nous les avocats, on dit qu’il n’y a pas eu de viol. Comment est-ce qu’on peut dire une chose pareille ? C’est d’une violence inouïe ».

Sur France Inter dans la matinée, Anouk Grinberg avait notamment déclaré à propos de Charlotte Arnould, dont elle est proche : « ce que personne ne sait, Charlotte, elle était vierge. Gérard Depardieu lui a demandé si elle l’était. Dans cette espèce de climat de terreur et d’amour qu’il a créé, elle lui a dit la vérité. Au lieu que ça fabrique du respect chez lui, cette espèce de salaud l’a violée avec son gros doigt de pute ».

Par ailleurs, Maître Béatrice Geissmann Achille regrette que « la présomption d’innocence a explosé dans cette affaire ». Elle rappelle que Charlotte Arnould « dit sa vérité, qui n’est pas nécessairement la vérité ». « Et nous (les avocats, NDLR), on est coincés », déplore-t-elle. « On ne peut pas vous apporter tout ce que l’on a dans le dossier, tous les documents qui existent : et les lettres d’amour, et des SMS postérieurs au viol parfaitement tendres et passionnés, et des difficultés avec les hommes innombrables (...) on est coincés, on ne peut pas le défendre ».

Une figurante de Disco a déposé plainte

Dans un numéro du magazine d’investigation Complément d’enquête diffusé jeudi soir sur France 2, Gérard Depardieu a été visé par de multiples accusations de violences sexuelles.

Hélène Darras y affirme notamment que la star de l’a « pelotée » alors qu’elle avait 26 ans et jouait comme figurante en 2007 dans le film Disco, réalisé par Fabien Onteniente. La comédienne a depuis porté plainte, le 10 septembre, contre l’acteur.

Avant la diffusion du Complément d’enquête sur l’acteur, une dizaine d’autres femmes l’avaient déjà accusé dans la presse de violences sexuelles.

Le 1er octobre, Gérard Depardieu avait démenti les accusations, martelant dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro n’être « ni un violeur ni un prédateur ».

« Jamais au grand jamais je n’ai abusé d’une femme », écrivait-il, annonçant ensuite, par la voix de son agent, ne plus participer à « aucun projet » dans le « contexte » de ces accusations.

À voir également sur Le HuffPost :

Gérard Depardieu en Corée du Nord : pour Ariane Labed, le mouvement #MeToo n’est « pas encore arrivé » en France

Depardieu en Corée du Nord : Yann Moix en colère de voir ses images diffusées sans son accord