Publicité

« C à vous » : Après la photo prise à son insu, le propriétaire du chien sans muselière dans un TGV réagit

Le propriétaire du chien sans muselière qui a suscité l’indignation, réagit dans « C à vous ».
Capture d’écran C à vous Le propriétaire du chien sans muselière qui a suscité l’indignation, réagit dans « C à vous ».

TÉLÉVISION - La France doit devenir un pays « dogfriendly ». Après le tweet de l’ex-députée (PS) Anne-Yvonne Le Dain, sur un chien sans muselière dans un TGV, l’affaire a fait le tour des réseaux sociaux. Dimanche 25 février, le journaliste Hugo Clément a manifesté son soutien au propriétaire de l’animal, via X (ex-Twitter). Une réponse qui n’a pas manqué de faire réagir Anne-Yvonne Le Dain, toujours sur X.

Lundi 26 février, Le journaliste Mohamed Bouhafsi a consacré sa chronique « Story » à ce sujet dans l’émission C à vous, sur France 5. Edouard, le propriétaire du chien a tenu à éclaircir les choses et à rappeler que son chien Moogly, a été photographié à son insu.

Il a confié être « dépassé » et « sidéré » par l’ampleur de la situation. De plus, il a accusé la députée de véhiculer une fausse image de son chien. « Il y a un contraste tellement fort entre l’image de Moogly, qui est l’incarnation du chien tranquille et inoffensif, et puis ce procédé de venir prendre une photo cachée à la dérobée ».

Les transports français ne sont pas adaptés aux animaux de compagnie

Dans son tweet la députée avait pointé la responsabilité de la controleuse, qui n’avait pas rappelé à Edouard l’obligation du port de la muselière. « Le train était assez vide, la contrôleuse nous a proposé de prendre deux places pour nous isoler et ne gêner personne » explique-t-il.

Durant sa chronique, Mohamed Bouhafsi a interrogé différents voyageurs à la gare Montparnasse. Tous les propriétaires d’animaux de compagnie, s’accordent sur le fait que voyager en France, avec son chien ou son chat est très compliqué. Le journaliste a rappelé que tout voyageur accompagné d’un animal paye un montant de 7 euros. En revanche, cela ne garantit en aucun cas une place attribuée à l’animal, seulement sa présence à bord.

Cette histoire continue de faire débat, même sur le plateau de C à vous. Le journaliste Patrick Cohen a ainsi rappelé qu’« il y a dans cette société des gens qui n’aiment pas les chiens. Il y a des gens qui ont peur des chiens ou qui sont allergiques et la priorité dans un espace partagé, elle va aux humains et les chiens, ils passent après ».

À voir également sur Le HuffPost :

Fini le « steak végétarien », voici les noms que ne pourront plus utiliser les produits végétaux

Avec « Un animal sauvage », Joël Dicker fait plus que jamais de ses lecteurs des coauteurs - INTERVIEW