"C'était vraiment quelqu'un d'exceptionnel": l'hommage d'une ancienne élève de Samuel Paty

Esther Paolini
·2 min de lecture
Joy Galland, ancienne élève de Samuel Paty à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne). - BFMTV
Joy Galland, ancienne élève de Samuel Paty à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne). - BFMTV

"Il ne méritait pas ça." À une centaine de kilomètres de Paris, un hommage est également rendu à Samuel Paty à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne), où l'enseignant assassiné vendredi dernier avait été professeur. Joy Galland, ancienne élève de l'enseignant sauvagement assassiné, a livré son témoignage à BFMTV.

"On était libre de nos opinions"

En classe, l'élève se souvient de cours avec "énormément de débats, où l'on pouvait tous s'exprimer." "Il nous a toujours répété qu'on était libre de croire ou de ne pas croire, qu'on était libre de nos opinions et qu'à aucun moment on devait l'imposer aux autres. Toutes ces valeurs me servent tous les jours", dit-elle à notre micro, visiblement émue. Et de poursuivre:

"J'ai eu de la chance de participer à des conseils de classe avec lui parce que j'étais déléguée. J'ai toujours été impressionné car aucun moment il rabaissait les élèves, il les tirait vers le haut. C'était vraiment quelqu'un d'exceptionnel."

Un prof blagueur, compétiteur

En plus d'être un "bon professeur, à l'écoute", Samuel Paty était "très blagueur, il faisait beaucoup de blagues, qui parfois n'était pas marrantes mais le sourire qu'il avait nous faisait rire à chaque fois." Joy Galland se souvient de moments de complicités entre le professeur et ses élèves:

"Quand on faisait nos cours de sport et qu'il passait devant nous pour aller dans sa salle, il s'arrêtait pour nous défier. Une fois on faisait du foot, j'étais au but et on avait parié qu'il arriverait pas à marquer un but. Il a réussi à marquer et il m'en a parlé pendant trois ans", sourit-elle, se souvenant de quelqu'un de "compétiteur".

À l'annonce de l'attentat, la jeune fille confie que "cela a été très très dur." "J'ai directement appelé mes proches car ma mère le connaissait aussi, mes frères qui l'avaient eu à l'école. J'avais besoin d'en parler pour réaliser et je ne réalise toujours pas. C'est très dur." Aujourd'hui, Joy Galland dit ressentir "beaucoup de haine".

"Que l'on puisse se comporter de la sorte, je connaissais monsieur Paty, il ne méritait pas ça. J'en fait des cauchemars, j'arrive pas à comprendre", souffle encore la jeune fille.

Article original publié sur BFMTV.com