Publicité

"C'était un prédateur et j'étais sa proie": l'ex-acteur Valentin Senez accuse un agent de viol

Sur BFMTV, Valentin Senez, écrivain et ancien acteur, témoigne du viol et des agressions sexuelles qu'il a subis de la part d'un agent de cinéma. Une libération de la parole qui s'inscrit dans le mouvement #Metoogarçon, lancé par Aurélien Wiik.

Un terrible récit. Près de dix ans après les faits, Valentin Senez, écrivain et ancien acteur, affirme sur le plateau de BFMTV avoir été victime de viol et d'agressions sexuelles par un agent de cinéma à Paris quand il avait 21 ans. "C'était un prédateur et j'étais sa proie", se remémore celui qui dit avoir été "dégoûté" du milieu du septième art.

En 2015, son oncle lui propose de faire des photos afin de constituer un "book", un portfolio destiné aux agences pour débuter sa carrière d'acteur. "Je me dis, pourquoi pas", se remémore Valentin Senez sur le plateau de BFMTV

La tentative fait mouche: quelques jours plus tard, le jeune homme est contacté par l'agence parisienne AAC, qui dit aujourd'hui sur son site représenter Raphael Mezrahi, Jean-Claude Van Damme, Adriana Karembeu ou encore Isabelle Mergault.

"Tu ne le diras pas à ton oncle"

Un rendez-vous a lieu dans le 16e arrondissement de Paris. Valentin Senez et son oncle rencontre Patrick et l'entrevue "se passe super bien", selon le récit du jeune homme, 21 ans à l'époque. "Il est prêt à me lancer", se rappelle Valentin.

Son oncle toutefois prévient par mail l'agent: toute collaboration éventuelle nécessitera la présence ou son accord, Valentin ne négociera pas seul. Le jeune homme raconte que Patrick "prend hyper mal" cette demande de l'oncle de Valentin et menace de mettre fin à toute coopération.

Valentin Senez tente de sauver la mise et propose un nouveau rendez-vous. Patrick lui répond qu'il l'apprécie et qu'il va le faire venir à Paris. "Tu ne le diras pas à ton oncle. J'ai une chambre au-dessus de mon bureau où tu pourras loger et rencontrer des directeurs de casting, des producteurs", lui aurait dit l'agent.

"À ce moment-là, j'ai peur de rien, j'y vais. Mais je le dis à mon oncle. Il me dit de faire attention", se remémore Valentin Senez.

"Dans la nuit, je sens quelqu'un qui se colle à moi"

Arrivé à Paris, Valentin Senez se dit que Patrick "est sa bonne étoile": il rencontre des producteurs et directeurs de casting et obtient des auditions. Mais un soir de juin, en rentrant d'un restaurant, l'agent "me fait comprendre que la chambre où je devais séjourner ne sera pas disponible avant quelques jours".

Valentin Senez propose de dormir dans le bureau, mais Patrick le pousse à se coucher dans une chambre.

"Dans la nuit, je sens quelqu'un qui se colle à moi. Il commençait avec sa main à me caresser le cou, à descendre dans mon dos", raconte Valentin Senez. Le jeune acteur de 21 ans repousse l'agent, mais ce dernier lui répond: "Chut. Laisse-toi faire, ça va bien se passer".

Sur le moment, Valentin Senez raconte qu'il est "pétrifié": "Dans quelle merde je me suis foutu? C'était bidon depuis le début. J'aurais dû écouter mon oncle". Cette nuit-là, Valentin dit avoir été victime de viol. Au moment où l'agent "essaye de lui faire une fellation", l'acteur "le déstabilise et va dans le salon, le bureau".

"T'as pas envie de me sucer là plutôt?"

Le lendemain après-midi, Valentin Senez lui demande s'il peut l'aider à réviser le rôle. Patrick lui aurait répondu: "T'as pas envie de me sucer là plutôt?". "À ce moment-là, j'ai compris que ce n'était plus le même homme que j'avais vu [avec mon oncle]. C'était un prédateur, et j'étais sa proie".

Valentin Senez est resté jusqu'au soir car il avait un rendez-vous professionnel. Selon lui, les remarques et les attouchements ont continué jusqu'à son départ.

Le témoignage de l'ex-acteur n'est pas le seul. Depuis plusieurs semaines, la parole des hommes victimes de violences sexuelles dans le milieu du cinéma se libère depuis l'appel d'Aurélien Wik.

L'acteur Aurélien Wiik a confié sur Instagram avoir lui aussi été victime d'abus sexuels, de ses 11 ans à ses 15 ans, par son agent et d'autres membres de son entourage. Plusieurs réactions à ce témoignage ont émergées sur les réseaux sociaux à commencer par le directeur de casting Stephane Gaillard qui a annoncé sur Instagram la création d'une boîte mail (metooacteur@gmail.com) afin de rassembler d'autres récits de victimes. Depuis, des dizaines de témoignages ont été publiés sur le hashtag #MeTooGarçons.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - #MeTooGarçon : Francis Renaud blacklisté après avoir refusé les avances d'un grand réalisateur