Aux César 2023, aucune femme nommée pour la meilleure réalisation

Photo
Stephane Cardinale - Corbis / Franco Origlia - Getty Images / WireImage

Tonie Marshall est la seule femme lauréate d’un César de la meilleure réalisation. Et cette 48e édition ne va pas changer le cours de l’histoire.

CINÉMA - États-Unis, France, même combat. Alors qu’on remarquait la veille l’absence de réalisatrices en lice pour l’Oscar de la meilleure réalisation, force est de constater que le tableau n’est pas plus glorieux de notre côté de l’Atlantique. L’Académie des César a dévoilé ce mercredi 25 janvier la liste complète des nommés pour sa 48e édition… Et il n’y a aucune femme réalisatrice dans cette même catégorie.

Cédric Klapisch pour En Corps, Louis Garrel pour L’Innocent, Cédric Jimenez pour Novembre, Dominik Moll pour La Nuit du 12 et Albert Serra pour Pacifiction : voici les noms et les visages des 5 hommes choisis par les quelque 4700 membres votants de l’Académie des César.

Et pourtant, impossible de ne pas penser aux nombreuses femmes réalisatrices qui se sont elles aussi illustrées l’an passé dans les salles de cinéma, comme le soulignent plusieurs internautes dans la foulée de cette annonce.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La journaliste d’Allociné Brigitte Baronnet avait d’ailleurs réalisé un thread très complet de toutes les réalisations d’autrices émergentes ou déjà accomplies remarquées par la critique au fil de l’année.

Rebecca Zlotowski pour Les Enfants des autres, Alice Winocour pour Revoir Paris, Alice Diop pour Saint-Omer ou encore Valéria Bruni-Tedeschi pour Les Amandiers... Toutes méritaient sans doute autant que leurs collègues masculins leur place dans cette catégorie reine des César. Mais ce n’est pas ce qu’ont décidé les 4705 membres votants de l’Académie, parmi lesquels 520 nouveaux admis cette année, et désormais composés à 44% de femmes.

Alice Diop doit se contenter d’être nommée au César du meilleur premier film ou du meilleur scénario original. Tandis que Valéria Bruni-Tedeschi, dont la sortie du film Les Amandiers a été accompagnée de révélations sur les mises en examen pour viols de son acteur principal Sofiane Bennacer, concourt néanmoins au César du meilleur film.

Le problème n’est pas nouveau. De toute l’histoire des César, seule une femme a remporté la statuette de la meilleure réalisation : il s’agit de Tonie Marshall pour Vénus Beauté, en 2001. Mais depuis 2014, une ou plusieurs réalisatrices (certes minoritaires) avaient toujours été en lice dans cette catégorie à l’image de Céline Sciamma, Houda Benyamina, Maiwenn, Nicole Garcia, Jeanne Herry ou encore Audrey Diwan, Julia Ducournau et Valérie Lemercier l’an passé.

Alors ce recul laisse un goût amer à l’heure où le renouveau du cinéma français passe justement par toutes ces autrices dans les plus grands festivals internationaux à l’image de Julia Ducournau et sa Palme d’Or 2021 avec Titane, Audrey Diwan et son Lion d’Or la même année avec L’Évènement ou Alice Diop et son Lion d’Argent pour Saint-Omer en 2022.

VIDÉO-  "Un malaise puissant", "Elle a montré son cul, personne n'a rigolé", "un spectacle pitoyable", "Enorme bouffonne" : l'intervention de Marie sans filtre lors des César crée le malaise