Publicité

Bruno Le Maire et son « maître-mot » ont bien fait rire les ministres délégués à Bercy

POLITIQUE - Ne dites plus « faire table rase » mais « tabula rasa ». C’est en tout cas le maître-mot donné par Bruno Le Maire à ses ministres délégués lors d’une passation de pouvoir à Bercy ce lundi 12 février. Le ministre de l’Économie a prononcé un discours introduisant Marina Ferrari, la nouvelle secrétaire d’État chargée du Numérique. Elle remplace Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé de l’Europe depuis la deuxième vague du remaniement.

Le remaniement enfin achevé, voici tous les mouvements de ministres dans l’équipe de Gabriel Attal

L’occasion pour le ministre de rappeler la feuille de route fixée, y compris aux ministres délégués qui conservent leur poste, à savoir Olivia Grégoire, en charge des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation, et Thomas Cazenave, pour les Comptes publics.

« La feuille de route se résume en un seul mot pour Olivia Grégoire : simplification. La tabula rasa, voilà quel doit être ton maître-mot » a déclaré Bruno Le Maire, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article. Puis de marteler : « Tabula rasa de ce qui ne marche pas, tabula rasa de ce qui est inutile, tabula rasa de ce qui coûte à nos entrepreneurs, à nos commerçants, à nos artisans et qui ne rapporte rien à nos compatriotes, tabula rasa de la complexité qui donne des migraines… ».

« Réduire les dépenses et désendetter »

L’anaphore a fait rire les ministres qui n’ont pas pu s’empêcher de le charrier. « Tabula rasa de la dépense publique », a lancé Olivia Grégoire, tout en faisant du coude à son collègue Thomas Cazenave. Bruno Le Maire s’apprêtait à s’adresser au ministre des Comptes publics, dont la mission principale ne change pas : « réduire les dépenses et désendetter ».

Sans donner de précisions, le ministre de l’Économie a annoncé qu’il s’exprimera prochainement pour faire des annonces. Fin janvier, il avait confirmé la levée progressive du « bouclier tarifaire ». Ou comment faire « revenir à la normale » les dépenses publiques à coups de « tabula rasa ».

À voir également sur Le HuffPost :

Toutes ces fois où Gabriel Attal a fait d’un sujet la première de ses priorités depuis qu’il est à Matignon

Du remaniement à la crise agricole, comment Macron et Attal mettent « en pause » leur ambition écologique