Publicité

« Brisons le tabou ! » : Lorie nous raconte sa lutte contre endométriose

Le HuffPost a rencontré Lorie Pester pour parler de santé féminine, thème de sa série documentaire diffusée dès ce mardi sur RMC Story. L’occasion pour la chanteuse de revenir sur sa lutte contre l’endométriose.

SANTÉ - « Il n’y a pas à culpabiliser, on est toutes normales, on n’est pas toute seule dans nos galères », rappelle Lorie Pester. L’actrice et chanteuse de 41 ans présente « Brisons le tabou ! », une série documentaire sur la santé féminine, diffusée sur RMC Story dès ce mardi 5 septembre à 21 h 10.

Le premier épisode de la série se concentre notamment sur le post-partum et toutes les phases par lesquelles les jeunes mères peuvent passer après l’accouchement. Tandis que le second s’intéresse aux règles et à des sujets comme l’endométriose, le syndrome des ovaires polikystiques, le syndrome prémenstruel ou la ménopause.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, Le HuffPost a rencontré Lorie Pester pour parler de santé féminine et de son expérience avec l’endométriose.

« Quand on m’a parlé de ce projet-là, je n’ai même pas réfléchi, j’ai accepté tout de suite. Il y a encore plein de choses qu’on a besoin de savoir, qu’on a besoin d’apprendre et qu’on ne nous dit pas, estime-t-elle. On a besoin de documentaires comme ceux-là pour s’informer, déculpabiliser et se rendre compte qu’on n’est pas toute seule, qu’il y a des solutions ».

Les règles font encore peur

Parmi les sujets abordés par le documentaire : la menstruation. Ce n’est que depuis 2018, que le sang des règles est représenté par du liquide rouge dans les publicités pour les protections hygiéniques, au lieu du liquide bleu présent auparavant. Selon Lorie Pester, « il y a une vraie gêne à parler et à montrer les règles ».

Cette gêne, la chanteuse a essayé de la décortiquer avec l’aide d’Odile Bagot, une gynécologue obstétricienne. D’après la médecin, il y a un tabou autour du sexe féminin et de la question des règles. Un tabou qui a alimenté certaines idées reçues, comme celle selon laquelle il est normal d’avoir des règles douloureuses. « Avoir mal pendant ses règles est tout sauf une fatalité. Il n’y a aucune raison de souffrir, là on porte un héritage des ancêtres, rappelle la médecin. Les femmes se trimballent ce truc-là depuis des générations et des générations. »

« Je ne pouvais plus bouger, c’était invivable »

Lorie Pester connaît ce sujet intimement, puisqu’elle a été atteinte d’endométriose, une pathologie qui se caractérise par le développement de muqueuse utérine en dehors de l’utérus et qui provoque des douleurs chroniques. Selon le Ministère de la Santé, l’endométriose concerne 1,5 million de femmes en France. Le délai pour obtenir un diagnostic est de sept ans en moyenne.

Pour se débarrasser de la maladie, Lorie Pester a dû subir une hystérectomie (ablation de l’utérus) en 2020. « Après mon accouchement, mes douleurs étaient revenues de plus belle », explique-t-elle au HuffPost. La chanteuse avait également de l’adénomyose, de l’endométriose à l’intérieur de l’utérus. « On peut se faire opérer pour l’endométriose via une cœlioscopie pour enlever les nodules. Comme l’adénomyose est dans l’utérus, il n’y a aucun moyen pour l’enlever », explique-t-elle.

Le choix de l’hystérectomie n’a pas été une décision facile : l’opération est irréversible et Lorie Pester savait qu’elle ne pourrait plus jamais tomber enceinte. « Quand j’ai décidé de faire cette opération je passais mes journées dans mon lit, je ne pouvais plus bouger, c’était invivable. […] Ça a été un choix difficile certes, mais aujourd’hui je revis parce que je n’ai plus du tout mal. »

VIDÉO - Lorie Pester : "S'il y a quelqu'un à qui je dois ressembler...", cette très célèbre animatrice dont elle s'inspire

Énora Malagré fait son retour à la télévision dans « Le magazine de la santé » de France 5

Coupe du monde féminine de football : Le cycle menstruel des femmes athlètes a-t-il vraiment un impact sur leurs risques de blessures ?