Publicité

Pour Brigitte Macron, le chef de l'État est "un combattant" contre l'addiction aux écrans des enfants

Ne pas baisser les bras. Face au rapport des enfants aux écrans, dont la consommation a explosé ces dernières années, Brigitte Macron est revenue sur les annonces d'Emmanuel Macron en la matière.

Le Président a annoncé lors de sa conférence de presse mi-janvier vouloir reprendre "le contrôle de nos écrans", en particulier pour les plus jeunes. "On a laissé beaucoup de familles sans mode d'emploi", avait regretté Emmanuel Macron.

"C'est un sujet auquel il est extrêmement sensible, dont il se rend compte. Donc c'est un sujet sur lequel il se bat, comme tous les sujets", a avancé son épouse ce vendredi sur RTL.

Macron "ne va pas interdire" les écrans pour les enfants

"Emmanuel, c'est un combattant. Donc il étudie, il écoute et il se bat. Il essaie de trouver des solutions mais il ne va pas interdire, il n'est pas sur ce volet-là", a encore justifié l'ancienne professeure de lettres.

Emmanuel Macron tenait pourtant un discours différent lors de cette annonce. Après avoir expliqué qu'une commission d'experts s'était déjà réunie, il avait annoncé le dévoilement de leurs travaux "fin mars".

Sur la base de leurs recommandations, "il y aura peut-être des interdictions, il y aura peut-être des restrictions" et "peut être aussi des restrictions sur les contenus", avait-il également expliqué.

Plus de 90 minutes par jour à 5 ans et demi

En avril dernier, la première étude nationale d'envergure sur le temps passé par des enfants devant les écrans révélait que le temps qu'ils y passaient excédait les recommandations sanitaires.

Principaux résultats: le temps d'écran quotidien était en moyenne de 56 minutes à 2 ans, 1h20 à 3 ans et demi et 1h34 à 5 ans et demi.

En janvier 2023, le gouvernement avait déjà lancé une campagne de sensibilisation à "la parentalité numérique". Elle rappelait notamment que l'Académie française de médecine recommande de ne pas utiliser le moindre écran avec son enfant avant ses trois ans.

Attal dénonce "une catastrophe sanitaire et éducative"

Gabriel Attal, alors ministre de l'Éducation nationale, s'était inquiété en décembre dernier d'une "catastrophe sanitaire et éducative" auprès de Madame Figaro.

Il s'alarmait encore qu'"un enfant de moins de 6 ans passe en moyenne 830 heures par an devant un écran, c'est-à-dire, un nombre d'heures équivalent à celui qu'il passe en classe".

Emmanuel Macron avait déjà largement abordé le sujet lors de la dernière campagne présidentielle. Il avait appelé à interdire "l'accès aux réseaux sociaux" pour les enfants et les adolescents.

Article original publié sur BFMTV.com