Bras de fer entre le RN et Reconquête: Philippe Vardon ne sera pas investi aux législatives à Nice

Philippe Vardon et Marine Le Pen à Nice le 13 février 2017 - Valery Hache/AFP
Philippe Vardon et Marine Le Pen à Nice le 13 février 2017 - Valery Hache/AFP

Un règlement de compte en bonne et due forme. Alors que Philippe Vardon pousse depuis plusieurs jours à une alliance aux législatives entre le Rassemblement national et Reconquête, il ne sera finalement pas investi à Nice par le parti de Marine Le Pen, d'après BFMTV, confirmant des informations du Figaro. Si le conseiller régional de la région Sud juge faire les frais de son positionnement, le parti évoque plutôt les violences qu'il aurait commise sur un collaborateur, ce qu'il dément formellement.

Ce proche de Marion Maréchal a tenu des propos très durs ces derniers jours contre la direction du Rassemblement national qui s'oppose à tout accord d'appareil avec Reconquête. Pas question pour Marine Le Pen de faire ce cadeau à Éric Zemmour, après des mois de tensions et alors que sa situation politique est très compliquée.

Vardon accuse le parti de "sacrifier le RN du sud"

"Refuser l’union nationale aux législatives, c’est sacrifier le RN du sud. Depuis des jours, il y a une inquiétude et une colère qui montent parmi les candidats, les cadres et les militants et je considère - peut-être parce que je suis plus libre et que je n’attends rien de la direction du parti - qu’il est nécessaire de le dire", lance ainsi dans Le Figaro l'ancien cofondateur du Bloc identitaire jeudi dernier.

Il réitère son appel à l'union dans une lettre à Jordan Bardella ce lundi matin. Quelques heures plus tard, la décision de la commission d'investiture tombe. Philippe Vardon ne sera pas investi par le RN à Nice. De quoi y voir des représailles, juge-t-il.

"Il a été ambigu"

Le parti, lui, fait une toute autre analyse.

"Il a été ambigu pendant toute la campagne. Tout le monde le sait. Il devait même partir en même temps que Nicolas Bay (le député européen a rejoint Éric Zemmour en février NDLR)", explique un membre de la direction du parti à BFMTV. 876450610001_6305474177112

Autre argument qui a pesé en sa défaveur: une supposée agression physique et des menaces contre Gabriel Tomatis, qui travaille pour le groupe RN à la région Sud.

Un collaborateur assure avoir été agressé

Alors que Philippe Vardon lui reprochait de vouloir se présenter aux législatives dans les Alpes-Maritimes, le jeune homme aurait été frappé.

"Je sentais que la tension montait et d'un coup, je l'ai senti derrière moi. Il m'a bousculé et intimidé devant tout le monde, humilié avec des propos assez durs que j'ai relaté dans la main courante. Il m'a porté un coup au visage. Il m'a dit : 'tu ne sais pas ce que tu as fait, je vais t'écraser, tu vas avoir besoin de sécurité dans les prochains jours'. Sur le moment, je suis resté un peu abasourdi, je ne m'attendais pas du tout à cette réaction", a confié Gabriel Tomatis à BFMTV.

Philippe Vardon parle d'une "engueulade"

Un conseiller régional aurait également été bousculé, selon un témoin. Philippe Vardon, lui, dément et évoque plutôt une "engueulade".

"Cela s'inscrit dans un climat de tension entretenu depuis des mois dont on est en train de vivre un énième épisode", assure de son côté l'élu RN.

Avant de lancer: "je n'ai pas de relation avec Marine Le Pen. Elle m'a appelé quand Nicolas Bay est parti pour savoir si j'allais rester. (...) C'est vrai que j'ai pu avoir des doutes, comme beaucoup de ceux qui siègent aujourd'hui en commission d'investiture. J'espère qu'elle va m'appeler, comme elle a beaucoup dit que c'était la moindre des choses pendant sa campagne".

"Se victimiser"

Ses propos ne sont guère au goût du RN.

"Il essaie de se victimiser comme les précédents avant de finir par rejoindre Zemmour, ce qu'il ambitionnait de faire depuis des mois", avance un cadre du parti.

Plusieurs cadres de Reconquête devraient cependant être investis par le RN, à l'instar du député (ex LR) Guillaume Peltier ou encore Stanislas Rigault, le président de Génération Z.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles