Publicité

Boxe: Après le terrifiant KO infligé par Joshua, quel avenir pour Ngannou?

Cette fois, ni débat ni controverse. Bien mieux préparé que Tyson Fury en octobre, Anthony Joshua n’a pas laissé le moindre doute lors de son combat face à Francis Ngannou, terrassé d’un KO spectaculaire et violent au deuxième round ce vendredi soir en Arabie saoudite. Après avoir envoyé au tapis le champion WBC (Fury) et l’avoir poussé à la décision, l’ancien champion UFC n’a rien pu faire contre un poids lourd qui n’avait pas pris la chose par-dessus la jambe, lui. Et la question, traitée dans le dernier épisode du RMC Fighter Club, de se poser: quel avenir pour le Camerounais?

>> Vivez le meilleur de la boxe avec les offres RMC Sport

Après du repos bien mérité, et nécessaire vu la violence du KO subi contre le Britannique, trois chemins s’ouvrent à lui. Le premier mène à un retour au MMA. Sous contrat avec l’organisation PFL, à qui il doit légalement de combattre, Ngannou connaît déjà son potentiel adversaire quand il souhaitera remonter dans la cage: le Brésilien Renan Ferreira, champion du tournoi poids lourds du PFL en 2023 qui a battu l’Américain Ryan Bader (champion du Bellator) par TKO fin février dans l’événement PFL vs Bellator, un combat qui promettait le "Predator" à son vainqueur.

Un choc de cogneurs qui n’enflamme pas les foules (qui aimeraient surtout son impossible confrontation avec Jon Jones, champion des lourds de l'UFC et légende du MMA) et qui ne semble pas non plus motiver beaucoup Ngannou, présent dans la salle en Arabie saoudite pour le combat Ferreira-Bader mais qui a préféré partir après la victoire du Brésilien plutôt que de monter dans la cage pour un face-à-face. Mais un argument devrait le convaincre: un dirigeant du PFL a annoncé au Figaro la volonté d’organiser un premier événement en Afrique en avril 2025 avec Ngannou en tête d’affiche. Pas impossible, donc, de le voir attendre un an pour revenir à la discipline qui en a fait une star.

En attendant, le garçon a de quoi voir venir avec les 30 millions de dollars récoltés au minimum (10 pour Fury au moins, 20 pour Joshua) pour ses deux premières apparitions professionnelles dans un ring. Le ring, justement, constitue le deuxième chemin possible. Après sa défaite, il tout de suite assuré qu'il n'en avait "pas fini" avec le noble art. S’il son rêve dingue de devenir champion du monde s’est écrasé dans le mur d’une réalité nommée Joshua, et si son classement dans le top 10 de la WBC devrait disparaître après cette défaite brutale, Ngannou reste un nom qui attire et rapporte. Parfait pour pousser d’autres lourds parmi les meilleurs au monde d’accepter de l’affronter, surtout après avoir combien rester simple et efficace dans les fondamentaux pouvait vite l’envoyer au tapis.

Bref, s’il veut continuer de boxer, comme Joshua l’a incité à le faire s’il le désirait après leur combat, le Camerounais ne devrait pas avoir de problème pour y parvenir. Certains évoquent déjà un possible combat avec l’Américain Deontay Wilder, une des autres superstars des lourds, boxeur machine à KO surpuissante comme il l’est en MMA et qui sort d’une défaite en décembre face à Joseph Parker. Pourquoi pas. Mais si on aime Ngannou, impossible de ne pas avoir de crainte devant la perspective de le voir face à un Wilder qui frappe lui aussi comme un camion et reste un bien meilleur boxeur que lui sur le plan technique (rappel: il est médaillé de bronze olympique chez les amateurs en 2008).

Reste enfin le chemin le moins probable. La retraite. Avec des dizaines de millions de dollars sur son compte, un statut de légende des sports de combat à jamais assuré, aucune critique ne pourrait s’abattre sur un Ngannou qui déciderait de raccrocher pour aller monnayer sa notoriété et son physique de mastodonte dans le cinéma (un producteur finira d’ailleurs bien par faire un film sur son destin digne d’un scénario hollywoodien). Mais quelque chose nous dit qu’il ne voudra de toute façon pas rester sur l’image du KO face à Joshua. Peu importe finalement. Francis Ngannou a les cartes en mains et fera ce qu’il veut du reste de sa carrière et de sa vie. Il l’a bien mérité vu son parcours.

Article original publié sur RMC Sport