Bousculade. Israël : la tragédie du Mont Méron aurait-elle pu être évitée ?

Ha’Aretz (Tel-Aviv)
·2 min de lecture

Après la bousculade qui a coûté la vie à au moins 45 personnes en Israël dans la nuit du 29 au 30 avril, le journal Ha’Aretz s’interroge sur les responsabilités et rappelle l’existence de deux rapports mettant en garde les autorités israéliennes contre un tel drame.

L’heure étant au deuil et au respect dû aux morts, les chroniqueurs israéliens sont encore peu nombreux à se prononcer sur les responsabilités politiques éventuelles de la bousculade qui a fait au moins 45 morts dans la nuit du 29 au 30 avril, sur le Mont Méron.

Cependant, sur le site de Ha’Aretz, le journaliste Ofer Aderet publie ce vendredi un article dans lequel il rappelle qu’il y a dix ans, le Bureau du contrôleur de l’État (l’équivalent israélien de la Cour des comptes) alertait déjà les autorités israéliennes.

En 2011, le contrôleur Micha Lindenstraus avait publié un rapport alarmant dans lequel il mettait implicitement en garde contre une catastrophe imminente, suite aux graves manquements constatés en matière de sécurité autour du tombeau du rabbin Shimon Bar Yohaï.”

En outre, souligne le journaliste, le rapport de 2011 ne faisait que répéter de graves dysfonctionnements politiques constatés dans l’entretien du site et dans l’organisation de ce pèlerinage annuel, des lacunes compilées dans un premier rapport du contrôleur de l’État daté de décembre 2008 et disponible en ligne sur le site du quotidien de centre gauche.

Point culminant

Dans ce rapport de 2008, poursuit Ha’Aretz, le contrôleur de l’État regrettait déjà que, “si des aménagements avaient certes été réalisés sur ce site religieux, c’était sans respect des normes de sécurité en vigueur en Israël, tandis que le Conseil régional [équivalent israélien de la communauté de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :