Les Bourses s'éloignent de leurs records

par Patrick Vignal
·3 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES EN BAISSE À MI-SÉANCE

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Wall Street est signalée dans le rouge et les principales Bourses européennes creusent leurs pertes mardi à mi-séance, les investisseurs prenant leurs bénéfices après des records en série sur les marchés d'actions.

Les contrats à terme signalent une ouverture en baisse de 0,3% à 0,5% pour les indices vedettes de Wall Street, qui avaient déjà terminé en repli lundi.

À Paris, le CAC 40 perd 1,25% à 6.218,05 vers 10h55 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,67% et à Londres, le FTSE abandonne 0,96%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,99%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,98% et le Stoxx 600 de 1,02%.

Les places européennes avaient commencé lundi dans le calme une semaine marquée par de nombreux résultats d'entreprises, sans oublier la réunion, jeudi, de la Banque centrale européenne, qui ne devrait rien annoncer de fracassant.

Le CAC 40 n'en avait pas moins dépassé en séance la barre de 6.300 points, pour la première fois depuis novembre 2020, avant de réduire ses gains.

Les principales Bourses asiatiques ont reculé mardi dans un climat toujours favorable aux actifs risqués, assombri toutefois par la persistance du risque sanitaire et la crainte d'un resserrement monétaire prématuré.

Il faut y ajouter des attentes très élevées du côté des bénéfices des entreprises dans un contexte de valorisations extrêmement tendues.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Dans l'actualisé des résultats en Europe, Atos (-6,45%) accuse de loin la plus forte baisse du CAC 40 après la publication d'un chiffre d'affaires trimestriel de 2,692 milliards d'euros, en baisse de 3,9% en organique.

Danone cède -2,67% après un recul de 3,3% de son chiffre d'affaires en données comparables au premier trimestre en raison de l'impact de la crise sanitaire sur son activité.

Ailleurs en Europe, AMS perd 11,02%, la plus forte baisse du Stoxx 600, un mouvement que plusieurs acteurs du marché expliquent par une information de l'hebdomadaire économique allemand Manager Magazin selon laquelle le groupe aurait perdu un marché important avec Apple, son plus gros client.

La plus forte baisse sectorielle est pour le compartiment des produits de consommation non contrainte (-1,54%), pénalisé par Imperial Brands et British American Tobacco qui perdent chacun plus de 6% à Londres.

Les cigarettiers souffrent après une information du Wall Street Journal selon laquelle l'administration Biden envisage d'exiger qu'ils réduisent la teneur en nicotine des cigarettes vendues aux États-Unis.

CHANGES

Le dollar paraît vouloir se stabiliser avec après avoir touché un plus bas depuis début mars face à un panier de référence. L'euro remonte à 1,205 dollar, au plus haut depuis un mois et demi, à la faveur de l'accélération attendue des campagnes de vaccination en Europe.

TAUX

Le rendement des Treasuries à 10 ans s'équilibre, légèrement en dessous de 1,6%, et son équivalent allemand varie peu, autour de -0,245%.

PÉTROLE

Le marché du pétrole est orienté à la hausse, la faiblesse du dollar soutenant les prix des matières premières. Les deux contrats de référence sur le brut prennent chacun autour de 1%, à 67,77 dollars pour le baril de Brent et 64 dollars pour celui de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

(édité par)