Bourse : l’ex-gérant star de George Soros craint un choc, l'erreur de la Fed sur l'inflation lourde de conséquences

Caroline Purser/Getty Images

Alors que la Bourse a envoyé des signaux inquiétants dernièrement, un célèbre investisseur milliardaire tire la sonnette d’alarme. Sur CNBC, Stanley Druckenmiller a indiqué mercredi 28 septembre qu’il serait étonné que l’année 2023 fasse l’économie d’une récession. Et une contraction assez forte du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis lui paraît tout à fait envisageable, un “atterrissage brutal” d’ici la fin de l’année prochaine étant son scénario central.

Le légendaire investisseur, qui a par le passé géré le fameux fonds Quantum de George Soros et n’a jamais connu une année dans le rouge sur ses placements financiers (il aurait même gagné près de 0,3 milliard de dollars en 2008, l’année de la crise des subprime), s’inquiète de la tentative de la Fed de mettre fin à sa politique monétaire ultra-accommodante initiée lors de la grande crise financière, un virage historique qui se traduit par une remontée drastique du taux d'intérêt directeur face à l’envolée de l’inflation, au plus haut depuis 40 ans. Et il n’exclut pas la survenue d’un vrai choc sur la Bourse, “quelque chose de vraiment mauvais” selon ses termes.

Pour l’expert, les investisseurs vont au devant de grandes difficultés, alors que la Fed et d’autres grandes banques centrales occidentales ont créé, à coup de taux d’intérêt nuls et d’achats massifs d’obligations d’Etat, une énorme bulle d’actifs (dont les actions et les titres de dette), qui tend à se dégonfler du fait du virage à 180 degrés de la banque centrale (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

OnePoint : Atos rejette l'offre de rachat de sa branche Evidia
EDF lui envoie une facture de régularisation de plus de 4.300 euros pour son deux-pièces
L'actuelle secrétaire générale de Bercy envisagée à la tête de l'Autorité des marchés financiers
Lidl perd en justice face à Lindt au sujet des lapins de Pâques
CAC 40, Nasdaq… faut-il craindre un “octobre rouge” en Bourse ?