Des bouquets de billets plutôt que de fleurs au Liban face à la crise financière

LIBAN - “Billets sentent comme un bouquet” chantait N.O.S de PNL dans le titre Béné. Au Liban, une entrepreneuse a fait de ces mots une réalité. Trois ans après l’effondrement financier qui a touché le pays, Tamara Hariri vend désormais des bouquets constitués de billets de banque, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

L’entrepreneuse de 30 ans a lancé ce concept en mai dernier. Le but est d’offrir une alternative aux fleurs qui sont désormais très chères dans le pays du Cèdre. Selon la Banque mondiale, une des pires crises économiques jamais enregistrées s’est abattue sur le Liban. La monnaie a chuté de plus de 90% et trois quarts de la population a plongé dans la pauvreté.

Il faut entre trente minutes et une heure pour réaliser un petit bouquet. Les plus complexes nécessitent plus de temps. L’entreprise vend une cinquantaine de ses créations par mois, soit deux par jour en général.

Les confections sont montées à partir de livres libanaises ou de dollars américains. Pour ces derniers, c’est aux clients d’envoyer leurs propres billets, car l’entreprise craint la contrefaçon et traite ces billets avec minutie, car leur valeur du dollar américain augmente par rapport à celle de la livre libanaise.

Les prix pour un bouquet de billets varient selon deux facteurs principaux: sa taille, mais aussi la quantité d’argent liquide qu’il contient. Celui coûte 30 dollars américains.

Et ce bouquet en vaut 50.

Ces bouquets de billets permettent d’offrir de l’argent d’une différente façon. “Je crois que c’est très important au Liban, c’est peut-être de là que vient l’idée, de s’entraider, de commencer à avoir des cadeaux, de l’argent qui peut aider les gens, explique Tamara Hariri à l’agence de presse Reuters. Les gens peuvent parfois être blessés en prenant de l’argent, ils n’aiment pas ça. Mais lorsqu’il est présenté de cette belle manière, ils l’apprécient.”

Tamara Hariri a rapporté à Reuters que son entreprise réalise généralement un bénéfice allant de quatre à dix dollars américains par bouquet.

À voir également sur Le HuffPost : Biden relance le billet de 20 dollars avec Harriet Tubman, que Trump avait bloqué

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles