Les bouchers harcelaient leur apprenti en mettant sa tête dans un hachoir

·1 min de lecture
Le jeune apprenti subissait des jets de viande, des brimades et avait été enfermé dans la chambre froide. Un "bizutage" pour les autres employés. (Getty Images/iStockphoto)

Brimade, humiliation, séquestration, un boucher de l’enseigne Leclerc a été condamné à six mois de prison avec sursis pour harcèlement.

Avec de "simples bizutages", "des blagues potaches", la boucherie du magasin Leclerc de Carvin serait un endroit plein d’humour selon certains employés. Pour un jeune apprenti du Pas-de-Calais, l'affaire va bien au-delà d'une simple blague, puisqu'il porte plainte pour harcèlement en juin 2018.

Le jeune homme dit avoir reçu des jets de viande, qu'on lui a étalé de la marinade sur son visage, d'avoir été enfermé dans la chambre froide et enfin que sa tête a été placée dans le hachoir à viande, raconte La Voix du Nord. Il rapporte également des violences verbales, notamment de la part de son tuteur qui le qualifiait de "bon à rien".

Une justice interne à deux vitesses

L’enseigne Leclerc licencie le tuteur dans un premier temps mais son avocat apprend à la Cour qu’il a été ensuite embauché dans un autre magasin de la marque. En parallèle, le géant de l’industrie agro-alimentaire prévient l’apprenti que l’histoire s’arrêtera là pour lui chez Leclerc même après validation de son CAP.

Le parquet évoque "des comportements répétés, des véritables faits de harcèlement", et le tribunal condamne le boucher-tuteur à six mois de prison avec sursis, conformément aux réquisitions du procureur.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles