Publicité

Le Botswana menace l’Allemagne de lui envoyer 20 000 éléphants

Vicki Jauron, Babylon and Beyond / Getty Images
Vicki Jauron, Babylon and Beyond / Getty Images

INTERNATIONAL - Alors que Berlin critique la chasse aux pachydermes et les exportations de trophées que pratique le Botswana, le président du pays africain est particulièrement irrité. Celui-ci a tout simplement menacé l’Allemagne de lui transférer jusqu’à 20 000 éléphants.

Les Allemands doivent « vivre avec les animaux comme ils essayent de nous le dicter », a dit le dirigeant du Botswana, Mokgweetsi Masisi, dans des propos au quotidien allemand Bild mis en ligne mardi. « Ce n’est pas une blague », a-t-il ajouté à propos de son offre de réinstaller dans le pays du nord de l’Europe 20 000 pachydermes.

« Nous aimerions faire ce cadeau à l’Allemagne », a encore affirmé Mokgweetsi Masisi, ajoutant qu’il « n’accepterait pas de refus ».

Le Botswana, pays enclavé d’Afrique australe, abrite la plus importante population d’éléphants au monde, soit environ 130 000, avec lesquels la cohabitation est souvent difficile selon le président qui évoque des attaques contre les hommes, les villages et les cultures.

Les critiques du ministère allemand de l’Environnement, dirigé par les écologistes, visent les trophées de chasse aux éléphants que s’offrent des clients occidentaux fortunés. Le ministère avait évoqué plus tôt cette année la possibilité de limiter plus strictement l’importation de ces trophées en raison de problèmes de braconnage.

Le « Botswana n’(a) pas encore pris contact »

« Au sein de l’UE, nous menons des discussions dans le but d’étendre l’exigence de permis d’importation (...) à d’autres trophées de chasses d’animaux protégés », a indiqué mardi 2 avril à l’AFP une porte-parole du ministère. L’Allemagne étant l’un des plus grands importateurs de trophées de chasse dans l’UE, elle a à cet égard « une responsabilité particulière », a-t-elle ajouté.

À propos du « cadeau » envisagé par le président Masisi, le ministère allemand de l’Environnement a indiqué que le « Botswana n’avait pas encore pris contact » avec lui à ce sujet.

En 2019, le Botswana a levé une interdiction totale de la chasse, instaurée cinq ans auparavant pour inverser le déclin des populations d’éléphants et d’autres espèces. Cette levée avait suscité la colère des défenseurs de l’environnement. La chasse commerciale est aussi une source importante de revenus locaux.

Depuis, le Botswana décide chaque année d’un quota d’animaux qui peuvent être chassés. L’an passé pays a également offert 8 000 éléphants à l’Angola et 500 au Mozambique en 2022.

À voir également sur Le HuffPost :

Un éléphant rose, un cas extrêmement rare, observé en Afrique du Sud

Les éléphants d’Asie enterrent leurs petits, c’est ce que prouve une étude de chercheurs indiens