Publicité

Boris Ravignon à la tête de l’Ademe : sa reconduction refusée par le Parlement

Faute de majorité à l’Assemblée nationale comme au Sénat, la nomination de Boris Ravignon à la tête de l’Ademe proposée par Emmanuel Macron n’a pas été validée. Une première.

ÉCOLOGIE - Du jamais vu. À l’issue de son audition, les députés et sénateurs ont refusé ce mercredi 12 avril de prolonger le mandat de Boris Ravignon à la tête de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), l’agence chargée de piloter la transition écologique dans l’Hexagone.

C’est la première fois qu’un candidat proposé par l’Élysée – à l’Ademe ou ailleurs – est retoqué depuis cette procédure introduite en 2008 dans la Constitution, souligne une source parlementaire auprès de l’AFP.

Le cumul en question

Le maire LR de Charleville-Mézières avait été nommé par Emmanuel Macron en décembre dernier pour assurer l’intérim à la tête de la structure en raison de la démission du président en place. Boris Ravignon avait alors obtenu l’aval du Parlement, qui ne peut bloquer une nomination à la tête d’une structure gouvernementale qu’à la majorité des trois cinquièmes.

Au terme du mandat de l’ensemble du conseil d’administration de l’Ademe, en février dernier, Boris Ravignon devait à nouveau se soumettre au vote des commissions compétentes de l’Assemblée et du Sénat. Un second scrutin qui a donc écarté le candidat de l’Élysée. Dans le détail, 57 députés et sénateurs ont voté contre, et 32 pour.

Dans les débats de la matinée, députés et sénateurs ont notamment reproché à Boris Ravignon son refus de démissionner de son mandat de maire à la suite de sa première nomination à l’Ademe, comme l’explique par exemple le site Politico.

Un écueil pointé par Nicolas Dragon, député RN de l’Aisne, comme vous pouvez le voir dans le tweet ci-dessous :

Boris Ravignon avait pour sa part fait valoir ce mercredi matin « l’intérêt de rester en contact avec le terrain » pour mieux remplir sa mission, en soulignant que cela était « légal » et était « déjà arrivé dans le passé ».

Soutien d’Emmanuel Macron

En avril 2022, le maire de Charleville-Mézières avait apporté son soutien à Emmanuel Macron face à la candidate LR Valérie Pécresse à la présidentielle. Les deux hommes, tous deux énarques de la même génération (Boris Ravignon a 47 ans et Emmanuel Macron 44), ont travaillé ensemble à l’Inspection générale des Finances à Bercy en 2004-2005, avant que Boris Ravignon ne rejoigne Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et en marche pour la présidentielle de 2007.

En 2008, Boris Ravignon a rejoint le cabinet du président de la République chargé du développement durable, des transports et de l’aménagement du territoire. Il participe alors au Grenelle de l’environnement.

Lire sur le HuffPost

À voir également sur Le HuffPost :

Le télétravail source d’économie d’énergie ? Oui, mais à ces conditions

Sobriété énergétique : les gares et aéroports s’engagent sur les publicités lumineuse

VIDÉO - La visite de Macron aux Pays-Bas de nouveau perturbée par des manifestants