Publicité

En bonne compagnie (France 3) : "Ils ont aimé ma proximité avec les gens", Kamini nous parle de sa nouvelle aventure au côté de Sophie Davant

On vous parle encore aujourd’hui de votre tube Marly-Gomont, sorti dans les années 2000 ?

Kamini : Oui bien sûr, c'est rentré dans le cœur des gens, dans l'inconscient collectif et ça a marqué toute une génération. Des gens qui me croisent dans la rue m'appellent encore par le nom du village (rires). C'était la célébrité brutale à l'époque. Je venais d'un milieu où c'était le travail et l'effort qui comptaient aux yeux de mon père donc j'avais un peu le sentiment d'avoir le syndrome de l'imposteur. J'ai réussi trop vite, trop fort et j'avais le sentiment d'avoir volé ma place. Heureusement, j'ai su combattre ce sentiment et j'ai réussi à ajuster mes émotions en temps et en heure. Le truc qui était difficile à cette époque-là, c'était que quand la célébrité brutale vous attrape, vous, vous êtes plus ou moins toujours le même, mais c'est le monde autour de vous qui change…

À lire également

"Ce n’était pas mon souhait" : Sophie Davant évoque une nouvelle fois son départ difficile d'Affaire conclue

Comment vous a-t-on approché pour devenir chroniqueur dans En bonne compagnie ?

C'est parce que ça fait sept ans que j'ai des émissions sur France 3. J'ai une émission qui s'appelle Les gens des Hauts et dans laquelle je pars à la rencontre des habitants des Hauts-de-France qui s'engagent pour leur région. J'ai mené cette émission pendant cinq ans et à la base, c'était une émission régionale qui devait être diffusée uniquement en région puisque j'étais ambassadeur des Hauts-de-France pour France 3. Sauf que l'émission a bien marché, donc elle est passée au National le mercredi matin… J'ai aussi eu une émission qui s'appelle Kamini en roue libre sur France 3, et diffusée en Centre-Val de Loire, en régional. J'ai quand même ce nom d'animateur France 3 et donc la chaîne s'est intéressée un peu plus à mon travail et a trouvé que ma personnalité collait bien avec l'émission En bonne compagnie. Ils ont aimé ma proximité avec les gens et c'est comme ça que j'ai été contacté pour l'émission au côté de Sophie Davant.

Avez-vous accepté immédiatement cette proposition ?

Oui, immédiatement parce que ma fréquence de tournage, mêm...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi