Une bombe inerte perdue par l'armée de l'air lors d'un entraînement entre les Landes et la Gironde

·2 min de lecture

L'engin, "dépourvu de toute charge explosive" selon les autorités, s'est décroché accidentellement d'un avion de chasse en exercice entre les départements des Landes et de la Gironde. Les communes se situant sur le trajet de l'appareil ont été alertées ce vendredi matin.

Cette semaine, une bombe a manqué à l'appel à l'issue d'un exercice annuel organisé depuis la base aérienne BA120 de Cazaux (Ariège), rapporte France Bleu Gironde. Un appareil ayant pris part à l'entraînement, un mirage 2000D basé à Nancy et régulièrement déployé au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane, est mis en cause, selon des informations de l'armée de l'air récoltées par BFMTV. Les autorités mettent en avant le caractère inoffensif de cette bombe, simple outil d'entraînement.

Selon cette même source, le pilote a détecté, au cours de l'exercice, une anomalie au moment d'un tir de bombe qu’il devait effectuer au-dessus du terrain réservé à cet effet à Captieux, en Gironde. Suivant la procédure, il a modifié son vol pour ne pas survoler d’habitation, et revenir se poser au plus vite tout en vidant ses réservoirs. C’est à l'arrivée de l'avion de chasse à la base que les militaires ont constaté l’absence de la bombe normalement fixée sous l’appareil.

Les habitants appelés à ne pas chercher l'engin

Depuis, l'engin est activement recherché par la gendarmerie dans un périmètre suivant le trajet du mirage 2000D, qui s'étend des Landes à la Gironde. Ce vendredi matin, les mairies des communes comprises dans la zone, notamment autour du champ de tir de Captieux, ont été contactées par les forces armées. Ces dernières ont appelé la population à ne pas rechercher la bombe perdue et de ne surtout pas toucher à l’engin, même inerte, si quelqu’un devait le trouver.

Le périmètre de recherche est néanmoins recouvert dans une importante proportion par un espace forestier très dense, ce qui minimise les risques pour les habitants. "La bombe a pu tomber dans l'océan ou en pleine forêt. Il n'est pas certain qu'on la retrouve un jour", a expliqué Jean-Louis Dartiailh, maire de la commune d'Hostens (Gironde), située non loin de Captieux, à France Bleu Gironde.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles