Publicité

Boeing fait une « pause » dans sa production de 737 Max après l’accident d’Alaska Airlines

Ce sont les modèles Boeing 737 MAX 9 comme celui-ci qui sont désormais cloués au sol pour des examens, après l’incident survenu aux États-Unis.
STEPHEN BRASHEAR / Getty Images via AFP Ce sont les modèles Boeing 737 MAX 9 comme celui-ci qui sont désormais cloués au sol pour des examens, après l’incident survenu aux États-Unis.

TECHNOLOGIE - Les mauvaises nouvelles continuent de s’accumuler pour Boeing. Le constructeur américain a annoncé, ce mardi 23 janvier, faire une « pause » dans la production de ses avions 737 MAX. Ces appareils ont provoqué plusieurs incidents et drames ces derniers mois.

Pour Boeing, l’incident du 737-MAX 9 n’est que le dernier d’une longue série

Durant cette période, les employés assisteront à des ateliers sur la qualité et « évalueront ce que nous faisons, comment nous le faisons et formuleront des recommandations d’amélioration », a déclaré Stan Deal, président de Boeing Commercial Airplanes.

Des livraisons « irréalisables »

Une décision qui a aussi des conséquences pour la compagnie aérienne américaine United Airlines. Celle-ci est contrainte de revoir sa planification pour les prochaines années.

Scott Kirby, patron de la compagnie aérienne, a évoqué mardi auprès d’analystes la suspension de vol des 737 MAX 9 depuis le 6 janvier, ainsi que les commandes du 737 MAX 10, appareil qui n’est toujours pas certifié par les autorités réglementaires. « Nous n’annulons pas la commande (de MAX 10). Nous le retirons de nos plans internes », a-t-il indiqué.

Le MAX 10, plus gros des avions de la famille des 737 MAX, a effectué son premier vol en juin 2021. À l’époque, ses premières livraisons étaient prévues pour 2023.

« En 2024, nous avons un total de 107 avions qui doivent être livrés, dont 31 modèles de MAX, mais il est irréaliste à ce stade de penser que tous ces avions seront livrés comme prévu », a commenté le directeur financier Mike Leskinen.

Des accidents en série

Début janvier, un bout de porte d’un avion 737-MAX 9 s’était détaché en plein vol, provoquant l’atterrissage d’urgence. Cet avion de la compagnie Alaska Airlines, au départ de Portland transportait 171 passagers et 6 membres d’équipage. Si aucune personne n’a été blessée, l’événement a remis en lumière les problèmes de cet appareil. Quelques jours plus tard, l’agence américaine de régulation de l’aviation civile (FAA) a ouvert une enquête concernant une possible défaillance de Boeing.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Dans un communiqué, publié ce dimanche 21 janvier, la FAA a recommandé aux compagnies aériennes d’inspecter les portes obstruées des Boeing 737-900ER. Tout comme pour le 737 MAX 9, ce sont les quatre points de fixation des portes-bouchon sur le fuselage que les compagnies aériennes doivent vérifier.

D’autres modèles du constructeur américain ont également connu des accidents ce mois-ci. Ce mercredi 24 janvier, un Boeing 757 a perdu une roue alors qu’il se préparait au décollage depuis l’aéroport international d’Atlanta aux États-Unis. Et la semaine dernière, un Boeing 747 a pris feu à cause d’un dysfonctionnement du moteur survenu peu de temps après son décollage. Le géant américain de l’aviation n’est donc pas au bout de ses peines.

À voir également sur Le HuffPost :

Boeing d’Alaska Airlines : Dave Calhoun admet une « erreur » et promet la « transparence »

Avion d’Alaska Airlines : ce téléphone tombé du Boeing 737 MAX 9 retrouvé quasi intact