A Bobigny, le maire cumule indemnités d'élu... et de chômage

Libération.fr
Le candidat centriste Stéphane De Paoli, arrivé en tête au premier tour à Bobigny.

L'édile UDI Stéphane de Paoli toucherait 4 500 euros par mois pour son mandat, et 1 851 euros de Pôle Emploi. Une pratique pas illégale, mais douteuse, selon l'hebdomadaire «Marianne» qui a enquêté sur sa gestion de la ville.

A Bobigny, le chômage touche 20% des actifs. Et le premier magistrat de la ville en fait partie, à en croire Marianne. A peine élu en mars 2012, le centriste Stéphane de Paoli (UDI) s’était octroyé une indemnité de 4 500 euros - le maximum pour une ville de cette taille. A l’époque, son entourage, cité par le Parisien, avait justifié cette somme par le fait que le maire, conducteur de travaux dans le civil, avait dû abandonner son travail pour exercer son mandat.

Mais c’était sans compter les 1 851 euros qu’il a commencé à toucher, quatre mois avant le début de la campagne des municipales, de Pôle Emploi, et auxquels il a encore droit pendant un an. Le maire touche donc au final la jolie somme mensuelle de 6 351 euros. Si ce cumul n’a rien d’illégal, le mandat de maire n’étant pas un emploi, la justification avancée ne tient tout de même plus. Et avec un agenda de premier magistrat d’une ville de 47 224 habitants (au recensement de 2011), on voit mal comment Stéphane de Paoli a le temps d'«être à la recherche effective et permanente d’un emploi», condition sine qua none pour être indemnisé…

 A lire sur le site de Marianne «Bobigny : la gestion folle du nouveau maire»



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Ecotaxe : Royal persiste dans l'idée de taxer les sociétés autoroutières
Dire non à Tafta, pour retrouver la démocratie
GPA pour les couples de même sexe : les raccourcis de Chartier
Ayrault écrit à Valls pour défendre les budgets de Nantes et de sa région
La nouvelle vie de Jean-Louis Borloo