Publicité

Boîte Noire (France 2) : Pierre Niney : "Ce tournage a été le plus épuisant de ma carrière"

Thibault Grabherr - © 2020 Wy Productions / 2425 Films / StudioCanal / France 2 Cinéma

Boîte noire met en lumière un métier peu connu, celui de technicien au Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile. Un métier dont vous aviez déjà entendu parler ?

Pierre Niney : Absolument pas, et j’ai découvert un monde fascinant. À la fois enquêteurs et acousticiens, ils étudient la fameuse boîte noire afin de comprendre ce qu’il s’est passé dans les dernières heures et minutes avant un crash. Ils apportent une réponse aux familles endeuillées, ainsi qu’aux compagnies aériennes. Des millions, voire des milliards, sont en jeu, une responsabilité morale et financière colossale repose "sur leurs oreilles". À noter que les bureaux français comptent parmi les deux ou trois meilleurs du monde. Réputés pour leur excellence, ils reçoivent même les boîtes de certains pays étrangers.

À lire également

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique Noire (M6) - Pierre Niney : "Je suis totalement admiratif du jeu de Jean Dujardin"

Mathieu Vasseur, votre personnage, qui enquête sur un crash, réfute la thèse terroriste. Il pense à un immense complot. On se demande s’il est parano ou s’il a raison...

Le scénario maintient l’ambiguïté, et il n’en est que plus passionnant. Dans un film, j’aime que deux spectateurs puissent interpréter différemment une même scène, selon leur sensibilité, mais aussi selon les détails qu’ils ont remarqués à l’écran.

Vous paraissez amaigri dans le film...

J’ai volontairement perdu du poids, avant le tournage. Comme je l’avais aussi fait pour Sauver ou périr (2018). Je mangeais moins, je buvais des jus de fruits ou de légumes pour garder un peu d’énergie. Ça me parlait de ne pas être trop en forme pour incarner un Mathieu mal dans son corps et en société. Un type obligé de se frotter au terrain, sans être taillé pour. J’ai tourné des scènes physiquement compliquées, comme celle dans un étang, au fin fond de la forêt de Rambouillet, avec une eau à moins de 5 °C.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi