Publicité

Les blocages après le 49-3 se multiplient partout en France

De multiples actions contre la réforme des retraites du gouvernement ont lieu dans le pays au lendemain du passage en force du texte à l’Assemblée nationale.

MANIFESTATIONS - La colère gronde en France ce vendredi 17 mars au lendemain de l’activation par Emmanuel Macron et Élisabeth Borne de l’article 49.3 pour faire adopter la réforme des retraites à l’Assemblée Nationale.

Autoroutes, voies ferroviaires, ronds-points, préfecture… Malgré l’appel au calme du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui s’oppose à la « bordélisation du pays et aux manifestations spontanées », des blocages ont lieu aux quatre coins de l’Hexagone.

Le HuffPost fait le point sur quelques points chauds emblématiques :

  • Des blocages routiers dans toute la France

De nombreux manifestants ont pris l’initiative de bloquer des axes autoroutiers ainsi que des ronds-points dans diverses régions françaises. À Rennes, le rond-point de la Poterie, a ainsi été bloqué, rapportent 20 Minutes et France Bleu. Des ralentissements ont également été signalés dans plusieurs autres points de la ville et la Nationale 24 entre Rennes et Lorient, a été bloquée vers Ploërmel.

D’autres ronds-points ont été bloqués dans et autour de la ville de Brest, tandis que dans le Cher, des barrages filtrants ont été mis en place à Bourges et à Vierzon. Des barrages routiers sont également en place dans les Ardennes, notamment sur l’A34, et dans la Marne.

À Paris, le périphérique a été bloqué à plusieurs reprises à l’appel de la CGT. Un premier blocage a d’abord eu lieu pendant une demi-heure au niveau de la porte de Clignancourt, deux autres ont ensuite eu lieu porte de Montreuil et place d’Italie.

  

  • À Rennes, des milliers de manifestants dans la rue

Alors que le chef-lieu de la Bretagne a été le théâtre de nombreux heurts jeudi soir, environ 5 000 manifestants selon les syndicats, 2 600 selon la préfecture sont de nouveau descendus dans la rue ce vendredi pour montrer leur opposition à la réforme des retraites du gouvernement. Le ministre de l’Intérieur a d’ores et déjà fait savoir qu’une unité spéciale de CRS était dépêchée sur place pour maintenir l’ordre.

Les étudiants et lycéens, au nombre de 750 selon la préfecture, ont pris la tête du cortège au son de « Bella ciao ».

  • Journée « ports morts » à Marseille

Le port industriel de la cité phocéenne est particulièrement ralenti dans le cadre la journée « ports morts » lancée par la CGT cette semaine. La veille, les ports de Nantes-Saint-Nazaire, Le Havre, Brest et Calais ont également été bloqués.

  • À Alençon, la préfecture de l’Orne bloquée

En Normandie, à Alençon, des manifestants ont bloqué la préfecture de l’Orne aux alentours de 7 heures, rapporte France Bleu. À l’appel de l’intersyndicale contre la réforme des retraites, ils ont empêché toute entrée dans le bâtiment en déposant des palettes devant les grilles et ont déposé de nombreux lambeaux de papiers toilettes sur les grilles. L’action, décidée la veille, a pris fin vers 9 heures.

  • À Toulon et Bordeaux, la circulation des trains interrompue

Toujours à l’appel de l’intersyndicale, des centaines de personnes se sont retrouvées dans la rue à Toulon, dans le Var. Les manifestants se sont donné rendez-vous devant la préfecture, avant de se diriger vers la mairie, en centre-ville, tandis qu’une partie des militants a envahi les rails de la gare. Plus d’une centaine d’entre eux ont bloqué les voies et la circulation des trains a été momentanément interrompue et l’accès à la gare limité, rapporte Var Matin.

Une action similaire a eu lieu à Bordeaux, où des dizaines de manifestants sont descendus sur les voies à la gare Saint-Jean, comme le rapporte BFMTV :

  • Des établissements scolaires bloqués

À travers la France, plusieurs lycées, notamment à Marseille et à Clermont-Ferrand, ont été bloqués par des élèves opposés à la réforme des retraites. Au lycée Saint-Charles, dans la cité phocéenne, les forces de l’ordre sont intervenues pour mettre fin au blocage peu avant 10 heures du matin.

Des étudiants ont également bloqué le campus du Pont de Bois de l’Université de Lille, selon France Bleu. Selon les étudiants, le doyen a envoyé un mail à tous les étudiants annonçant la fermeture du site pour la journée et les cours sont reportés.

Les syndicats CGT Educ’action, SNFOLC, SNES-FSU et SUD Éducation ont par ailleurs déposé des préavis de grève « y compris pendant la période des examens et des corrections » qui débutent lundi 20 mars pour des épreuves écrites de spécialité. Mardi, le ministère de l’éducation avait assuré avoir « le droit de mobiliser tous les personnels de l’éducation nationale nécessaires pour faire en sorte que les examens se déroulent bien ».

  • Le secteur de l’énergie toujours mobilisé

En Seine-Maritime, un barrage filtrant a été mis en place à la centrale nucléaire de Paluel, où un réacteur sur quatre est à l’arrêt. Des salariés de la centrale de Penly sont aussi sur place, selon France Bleu. Selon la CGT, des dockers et salariés du port du Havre, tout comme les salariés des raffineries, se sont joints à la mobilisation.

La raffinerie TotalEnergies de Normandie, où les salariés sont en grève mais où les expéditions se poursuivent, « sera arrêtée » à partir de ce week-end, a indiqué vendredi à l’AFP Éric Sellini, coordonnateur CGT au sein du groupe pétrolier. Les raffineries de La Mède, Donges et celle d’Esso à Fos-sur-Mer sont toujours en grève.

Lire sur le HuffPost

À voir également sur Le HuffPost :

La motion de censure transpartisane en bonne voie après le soutien de Mélenchon ?

En images : les heurts entre manifestants et policiers place de la Concorde, après le recours au 49.3

VIDÉO - Michel Rocard, Premier ministre du 49.3