Publicité

Blocages des agriculteurs : les premières mesures promises par Attal paraissent au Journal officiel

Gabriel Attal avait notamment promis vendredi des décrets sur le gazole non routier, et sur les indemnisations aux éleveurs touchés par la maladie hémorragique épizootique.

POLITIQUE - Les mesures d’urgences tant attendues par les agriculteurs sont inscrites officiellement noir sur blanc. Les deux premiers décrets promis par le gouvernement de Gabriel Attal jeudi, l’un sur le gazole et l’autre sur les indemnisations aux éleveurs touchés par la maladie hémorragique épizootique, surnommée le « Covid de la vache », sont parus ce dimanche 4 février au Journal officiel.

Après les manifestations et blocages des agriculteurs, qui va payer la facture pour les dégradations ?

Le premier décret va permettre aux exploitants agricoles de demander dès ce mois de février une avance de 50 % sur le remboursement partiel de l’accise sur les produits énergétiques (ex-TICPE) concernant notamment le gazole non-routier (GNR), principal carburant des engins agricoles, pour l’année 2024.

« Une avance de trésorerie de plusieurs mois »

Auparavant ce remboursement n’intervenait que l’année suivant les dépenses. Gabriel Attal avait annoncé ce changement lors de sa première salve de réponses à la crise agricole, le 26 janvier.

Cela va permettre aux agriculteurs d’avoir « une avance de trésorerie de plusieurs mois », a expliqué le ministre de l’Économie Bruno Le Maire jeudi lors de la conférence de presse de Gabriel Attal.

« Cette avance, à hauteur de 50 % du remboursement agricole versé chaque année de 2024 à 2029, donnera lieu à un versement annuel à compter de février. La demande d’avance sera réalisée par l’exploitant en une seule fois en même temps que la demande de remboursement annuelle. Le montant de l’avance sera déduit du remboursement partiel octroyé l’année suivante », indique précisément le décret en date du 2 février et qui entre en vigueur à compter de lundi.

Gabriel Attal a par ailleurs annoncé renoncer à la hausse progressive de la fiscalité sur le GNR, qui aurait dû entrer en vigueur cette année.

Augmentation des prises en charge pour la MHE

Le second décret était très attendu par les éleveurs bovins, touchés depuis plusieurs mois par la maladie hémorragique épizootique (MHE). Il va notamment permettre une augmentation du taux de prise en charge des frais vétérinaires, qui passe de 80 à 90 %.

Les pertes liées à la mortalité des animaux seront également indemnisées à hauteur de 90 %, selon un barème de montants établi en fonction de la nature (vache laitière, mâle reproducteur...) et de l’âge de l’animal. « Les demandes d’aide peuvent être déposées jusqu’au 30 avril 2024 », indique le décret.

Après les annonces du gouvernement jeudi, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs, qui s’étaient joints au mouvement de blocages initié dans le Sud-Ouest, ont appelé à la levée des barrages. Les agriculteurs ont donné au gouvernement jusqu’au Salon de l’agriculture (24 février-3 mars, à Paris) pour concrétiser ses annonces et réclament une loi d’ici au mois de juin.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre de la tomate : En Espagne, le ministre de l’Agriculture répond à Ségolène Royal avec une dégustation

Blocage des agriculteurs : pour déloger la Confédération paysanne, les forces de l’ordre déploient les grands moyens

VIDÉO - Pour Gabriel Attal, les mesures annoncées répondent "à une grande partie des attentes" des agriculteurs