Publicité

Blocage à Rennes : les agriculteurs rejoints par ces marins pêcheurs qui partagent « un combat commun »

AGRICULTURE - « On a les mêmes problématiques. » Les agriculteurs ont continué à faire exploser leur colère, jeudi 25 janvier, maintenant sous pression le gouvernement en clamant que la suite de leurs actions dépendra des annonces que Gabriel Attal devrait faire vendredi pour répondre à leur détresse.

Le Premier ministre, après avoir rencontré l’ensemble des organisations agricoles représentatives en début de semaine, a réuni jeudi les ministres de l’Agriculture, de la Transition écologique et de l’Économie pour trouver solutions à la crise, qui paralyse une partie des autoroutes de pays. Il doit annoncer des mesures ce vendredi.

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article, le temps presse pour le locataire de Matignon récemment nommé, car d’autres colères pourraient s’agréger à celle du monde paysan.

Pêcheurs et agriculteurs, même combat

À Rennes, une cinquantaine de marins-pêcheurs ont rejoint jeudi des agriculteurs dans la rue, alors qu’avait lieu une manifestation d’une centaine de tracteurs devant la préfecture de Bretagne, à l’appel de la Coordination rurale. Gasoil, importations, pression administrative… Au micro du HuffPost, ces professionnels de la mer expliquent pourquoi ils partagent un « combat commun » avec les agriculteurs.

Les marins-pêcheurs protestaient aussi en particulier contre l’interdiction de la pêche dans le golfe de Gascogne durant un mois pour protéger les dauphins, une mesure environnementale contestée par la profession, malgré une indemnisation d’au moins 80 % du chiffre d’affaires promise par l’État.

Durant le rassemblement, David Le Quintrec, marin-pêcheur de Lorient à l’origine d’un autre mouvement colère de sa profession au printemps 2023, a appelé les agriculteurs à une manifestation conjointe à Paris, sous le thème de la souveraineté alimentaire, le 6 février prochain.

À voir également sur Le HuffPost :

Colère des agriculteurs : à Agen les actions se durcissent, un supermarché perd son plafond inondé par le lisier

Karine Le Marchand compare les blocages des agriculteurs à « une insurrection civile »