Blanquer épinglé pour son bilan dans une tribune de 2700 médecins et personnels de l'éducation

·2 min de lecture
Particulièrement ciblé par cette tribune, le ministre de l'Éducation est critiqué pour sa gestion de l'école à l'ère du Covid-19. (Photo: via Associated Press)
Particulièrement ciblé par cette tribune, le ministre de l'Éducation est critiqué pour sa gestion de l'école à l'ère du Covid-19. (Photo: via Associated Press)

ÉDUCATION - Des mots pour replacer la réalité du terrain au cœur des préoccupations de l’exécutif. Dans une longue tribune publiée ce dimanche 9 janvier dans les colonnes du JDD, des médecins et près de 2700 acteurs de l’éducation comme des enseignants, des parents d’élèves et des enseignants-chercheurs critiquent vivement la politique d’Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer pour leur gestion de l’école depuis le début de la crise du Covid-19. Et ce, alors que des syndicats de l’enseignement ont appelé à la grève jeudi prochain.

Principalement visé dans cette lettre ouverte, le ministre de l’Éducation nationale qui avait néanmoins été défendu le 1er janvier dans une tribune également publiée dans le JDD. Cette fois, les signataires y dénoncent notamment le manque flagrant de moyens mis à la disposition des enseignants et de leurs élèves “y compris pendant la crise sanitaire” afin d’assurer leur sécurité.

“Les demandes répétées de sécuriser classes, cantines et salles de sport, maillons faibles reconnus de l’école, n’ont jamais été entendues. Au contraire, malgré la dégradation de la situation sanitaire, le ministre a régulièrement allégé le protocole sanitaire, exposant sciemment les personnels, élèves et familles au virus”, peut-on lire dès les premiers paragraphes.

Les critiques s’attardent également sur les investissements pour fournir les établissements en capteurs CO2. “Après avoir économisé sur le budget de l’Éducation nationale, 600 millions d’euros en 2020 et 75 millions en 2021, le gouvernement a récemment débloqué 20 millions d’euros pour aider les collectivités locales à acheter des capteurs CO2, en limitant l’information aux recteurs via une circulaire”, précisent-ils.

Une somme jugée dérisoire pour “sécuriser les établissements scolaires et leur permettre de rester ouverts en minimisant les risques pour la santé” en pleine vague du variant Omicron dans l’Hexagone.

Un manque cruel de transparence

Ce courrier dénonce aussi “l’absence de transparence” qui “a été un autre marqueur de la gestion sanitaire des établissements scolaires”, reprochant par exemple le manque de communication pour avoir accès aux “données scientifiques” lors des changements de niveau des protocoles sanitaires.

Enfin, “des objectifs clairs et évaluables par la population sont souhaitables et nécessaires” selon les signataires. Ces derniers en profitent pour tacler une fois de plus Jean-Michel Blanquer suite au couac de la rentrée scolaire de janvier 2022: “le ministre de l’Éducation nationale a la fâcheuse tendance de communiquer les évolutions de protocole les veilles de rentrée, le plus souvent dans des articles à accès payant, laissant aux parents, élèves et personnels l’embarrassante gestion de son impréparation”.

La tribune parue dans le JDD égratigne aussi la posture de Jean-Michel Blanquer, indiquant qu’“un ministre ne devrait pas se défausser ainsi de ses responsabilités, en refusant le dialogue et en imposant la libre circulation virale et les dangers induits à titre individuel et collectif”.

À voir également sur Le HuffPost: Le pass vaccinal a embrasé l’Assemblée, retour sur une semaine tendue

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles