Publicité

Billie Eilish tacle cette pratique peu écologique de Beyoncé, Taylor Swift et de nombreux autres artistes

Billie Eilish alerte sur l’impact environnemental du vinyle.
WWD / WWD via Getty Images Billie Eilish alerte sur l’impact environnemental du vinyle.

CULTURE - Billie Eilish a souvent prouvé son engagement pour la cause écologique. Concerts, conférences autour du climat… du haut de ses 22 ans, Billie Eilish n’hésite pas à intégrer pleinement la défense de l’environnement à sa carrière. Après avoir participé le 22 juin 2023 au concert gratuit Power our Planet à Paris, elle continue son combat, cette fois elle dans sa propre industrie.

Dans un entretien avec le magazine américain Billboard, l’interprète de Lovely alerte sur l’impact des vinyles sur l’environnement. Même si le streaming est roi, le vinyle est depuis quelques années de retour en vogue. Conscients de cette tendance, les artistes sont de plus en plus nombreux à multiplier les sorties d’albums sous ce format vintage.

« Nous vivons à une époque où, pour une raison ou une autre, il est très important pour certains artistes de produire toutes sortes de vinyles et d’emballages différents. (...) Je ne peux même pas vous dire à quel point c’est du gaspillage » a-t-elle expliqué à Billboard.

Produire des vinyles, oui mais durablement

Billie Eilish souligne le fait que les artistes les plus influents de la planète ont recours à cette pratique. À l’image de la grande Taylor Swift, dont beaucoup de fans s’arrachent les vinyles. En janvier 2024, Billboard a publié un article indiquant que les ventes des vinyles de la chanteuse s’élevaient à 3,5 millions en 2023, rien qu’aux États-Unis.

« Ça m’énerve qu’on en soit encore à un point où l’on se préoccupe autant des chiffres et de l’argent - et ce sont tous vos artistes préférés qui font cette merde » déclare l’interprète Ocean Eyes.

Loin d’elle l’idée d’arrêter d’en produire, elle alerte seulement sur leur mode de fabrication peu durable. Billboard précise d’ailleurs que l’album de Billie Eilish « Happier Than Ever est disponible en huit variantes de vinyle » mais que la chanteuse utilise « du vinyle noir 100 % recyclé - ainsi que des chutes recyclées pour les variantes colorées - et un film rétractable à base de canne à sucre » pour sa conception.

Billie Eilish, militante depuis l’enfance

Interviewée par le magazine aux côtés de sa mère Maggie Baird, Billie Eilish confie qu’elle et son frère Finneas ont été sensibilisés à la cause environnementale dès leur plus jeune âge. « C’était tellement normal. Ma mère a commencé à faire ces sacs avec différents types de beaux tissus et de rubans, et c’est ainsi que tous nos cadeaux étaient emballés pour Noël et mon anniversaire » dit-elle.

Dès son entrée dans l’industrie musicale, sa mère a immédiatement soulevé la question écologique. « Quand on est un petit artiste, qu’on n’a ni pouvoir ni argent, on se dit : ’Attends, pourquoi on a tout ce plastique dans les coulisses’. Ou ’Pourquoi rouler comme ça ?’ (...) Et la réponse est : ’Eh bien, c’est comme ça que ça se passe.’» Elles ont continué de se battre pour défendre leurs valeurs et ont fini par trouver des collaborateurs à leur écoute.

« Ce qui m’a vraiment aidée, c’est quand quelqu’un m’a dit : ’Il faut que tu parles à Chris Martin [de Coldplay].’ Ils m’ont mis en contact avec Chris, ce qui était formidable. Chris m’a ensuite mise en contact avec REVERB (une ONG dédiée à la résolution des problèmes environnementaux dans l’industrie musicale), et REVERB a vraiment changé la donne pour nous. Ils avaient la capacité de nous aider à savoir ce qu’il fallait changer et comment communiquer ».

À voir également sur Le HuffPost :

Aya Nakamura dévoile « Doggy » un vieux titre qui résonne avec la polémique des JO de Paris 2024

Avec « Cowboy Carter », Beyoncé n’est pas la première artiste noire à changer notre manière de voir la country