Bienvenue sur Farfarout, l'astre le plus lointain du système solaire et où une année dure mille ans

·2 min de lecture

Une équipe d'astronomes a formellement identifié "Farfarout", découvert en janvier 2018, comme l'astre le plus lointain détecté dans le système solaire à ce jour. Après trois ans d'observations menées sur plusieurs instruments, ils sont même parvenus à déterminer son orbite, surprenante...

Depuis le 11 février 2021, cet astre s'appelle 2018 AG37, comme l’a décidé le , l'organisme chargé de nommer les petits corps du système solaire (comètes, astéroïdes, planètes naines). Mais son surnom, "Farfarout” (que l’on pourrait traduire par "loin lointain”, mais le jeu de mot se savoure surtout en anglais), devrait lui rester. Et pour cause : c’est à ce jour le corps le plus lointain découvert dans le système solaire. Il se trouve à 132 unités astronomiques (UA) du Soleil, soit 132 deux fois la distance Terre-Soleil. Pour mémoire, Pluton n’est "qu’à" 39 UA...

Découvert en 2018 mais trop loin pour "parler"

Farfarout a été repéré pour la première fois en janvier 2018 par le télescope Subaru, situé sur l’île d’Hawaï. "A ce moment-là, nous ne connaissions pas encore son orbite. Nous n’avions disposé que de 24 heures d’observation, alors qu’il faut des années pour la déterminer,” explique sur le site du le co-découvreur Scott Sheppard. Tout ce qu’ils peuvent dire, c’est que l’objet se trouve manifestement très loin... En novembre 2018, la même équipe découvre 2018 VG18 et elle parvient à estimer sa distance : 124 UA. Il devient alors "Farout" (lointain), l'astre le plus lointain, avant que l'on ne s'aperçoive que celui découvert en janvier de la même année, plus petit, est encore plus loin du Soleil.... D'où ce surnom, en guise de clin d'œil, de "Farfarout".

Sur Farfarout, une année dure 1.000 ans

Il aura donc fallu près de trois ans à l’équipe pour déterminer les caractéristiques de l’orbite de ce nouvel astre aux confins du système solaire. Et pour cause : il met environ 1.000 ans à faire le tour du Soleil. Vu de la Terre, il se déplace ainsi très lentement sur le fond d’étoiles de la galaxie. D’où les trois années d’observations nécessaires pour déterminer son orbite, avec l’aide de deux télescopes : le Gemini North télescope (Hawaï) et le télescope Magellan (Chili). Cette première campagne d'observation indique une orbite particulière, car très allongée. L’apog[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi