Biden dit à Poutine : les USA ne "s'écraseront" plus

par Alexandra Alper et Steve Holland
·2 min de lecture
BIDEN DIT À POUTINE : LES USA NE "S'ÉCRASERONT" PLUS

par Alexandra Alper et Steve Holland

WASHINGTON (Reuters) - Joe Biden a déclaré jeudi que les Etats-Unis ne "s'écraseront" plus face aux initiatives jugées agressives de la Russie, vis-à-vis de laquelle il entend ainsi adopter une approche plus ferme que son prédécesseur Donald Trump.

En déplacement au département d'Etat, le nouveau président américain s'est aussi engagé à réparer les alliances des Etats-Unis et à les impliquer au sein de la communauté internationale.

Le "leadership américain" doit s'élever face à l'autoritarisme croissant à travers le monde et unir les partenaires des Etats-unis pour s'attaquer aux défis mondiaux tels que la pandémie de COVID-19 ou le changement climatique, a-t-il dit.

Joe Biden a adopté un ton particulièrement ferme à l'égard de son homologue russe Vladimir Poutine, avec lequel il s'est entretenu par téléphone la semaine dernière.

"J'ai dit clairement au président Poutine d'une manière très différente de celle de mon prédécesseur que l'époque où les Etats-Unis s'écrasaient face aux actions agressives de la Russie, ses ingérences dans nos élections, les attaques informatiques, l'empoisonnement des citoyens, était révolue", a dit le président américain.

"Nous n'hésiterons pas à augmenter le coût pour la Russie ni à défendre nos intérêts vitaux et notre peuple et nous serons plus efficaces dans notre traitement de la Russie en travaillant en coalition et en coordination avec d'autres partenaires partageant notre état d'esprit", a-t-il ajouté.

Joe Biden a qualifié de "politiquement motivée" la condamnation à une peine de prison infligée mardi par un tribunal moscovite à Alexeï Navalny. Il a exprimé sa profonde inquiétude et réclamé la libération immédiate de l'opposant russe.

Malgré leurs désaccords, les Etats-Unis et la Russie viennent de prolonger de cinq ans le nouveau traité START de contrôle de leurs arsenaux nucléaires.

(Alexandra Alper, Humeyra Pamuk et Steve Holland; version française Camille Raynaud et Bertrand Boucey)