Publicité

La Biélorussie va modifier sa doctrine sur l’usage des armes nucléaires “tactiques”

S’il n’existe pas de définition officielle des armes nucléaires dites “tactiques”, il est généralement admis que celles-ci sont destinées à être utilisées sur le champ de bataille – par conséquent leur portée et leur puissance sont inférieures à celles des “armes stratégiques”. Au début de la guerre en Ukraine, la possibilité de voir les armes nucléaires “tactiques” russes entrer en action affolait les experts militaires. La menace était quelque peu retombée au fur et à mesure que le conflit s’enlisait, mais le niveau d’alerte pourrait être relevé avec les dernières nouvelles de Biélorussie.

En effet, nous apprend The Guardian, “une nouvelle doctrine militaire envisageant pour la première fois l’utilisation d’armes nucléaires sera présentée par la Biélorussie, a expliqué mardi son ministre de la Défense”. Le quotidien britannique relaie les paroles prononcées par Viktor Khrenin lors d’une réunion du conseil de sécurité du pays : “Nous communiquons clairement le point de vue de la Biélorussie sur l’utilisation des armes nucléaires tactiques stationnées sur notre territoire”, a-t-il déclaré avant de poursuivre :

“Un nouveau chapitre s’est ouvert, dans lequel nous définissons clairement nos obligations envers nos alliés.”

À seulement 225 kilomètres de Kiev

L’allié principal en question est bien évidemment la Russie de Vladimir Poutine qui “en octobre 2023 a complété le transfert d’armes nucléaires tactiques en Biélorussie”, indique de son côté The Independent. Le titre rappelle qu’il s’agissait là de “la première fois que Moscou déplaçait ce type d’armes hors de ses frontières”.

Difficile de savoir quelles sont les implications de cette nouvelle doctrine sur la situation sur le terrain, suggère le Guardian. Pour rappel, “la frontière biélorusse se trouve à seulement 225 kilomètres de Kiev”, et les troupes de Moscou étaient passées par la Biélorussie, le 24 février 2022, pour lancer leur invasion.

Toutefois, au moment de commenter ce changement de doctrine, le secrétaire du Conseil de sécurité biélorusse, Alexander Volfovich, a affirmé que le déploiement des armes tactiques ne visait pas l’Ukraine, mais plutôt la Pologne, qui aurait selon lui montré un comportement menaçant.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :